Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis : Monsieur le Maire, nos rêves se réalisent. Par Ibrahima DIAO

Jeudi 27 Juillet 2017

« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé. L’utopie d’hier peut devenir la réalité d’aujourd’hui ». L’idée de Théodore Monod résume bien le programme communal du Maire Mansour FAYE.


Saint-Louis : Monsieur le Maire, nos rêves se réalisent. Par Ibrahima DIAO
Les maux de Saint-Louis connus de tous portent sur l’éclairage public, la gestion des ordures ménagères, la voierie, les marchés inadaptés au standing de la ville et l’assainissement, relevant tous de la compétence municipale. Un problème bien posé étant à moitié résolu, la très bonne perception par le Maire des difficultés de sa commune n’est-elle pas un gage sécurisant de sa volonté de faire avancer des dossiers stratégiques, malgré les difficultés conjoncturelles ? Leur résolution sonne comme une exigence morale et sociale pour faire émerger ce trait de citoyenneté qui soulève des montagnes. Des leviers suffisamment solides sont actionnés, avec pour résultat attendu, un mieux être des populations dans un cadre agréable et propice à l’exercice d’activités sociales et économiques durables et rentables.


            A travers les projets d’assainissement de Guet-Ndar d’un coût de 1,2 milliards de FCFA, l’assainissement des quartiers Nord et Sud de l’île sur financement de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) avec l’implication de l’Office National de l’Assainissement du Sénégal (ONAS), Saint-Louis confortera sa place de deuxième ville du pays la mieux assainie après Dakar. La réhabilitation du réseau électrique communal par nos partenaires Lillois dont une mission a séjourné dans nos murs en Avril 2017 pour évaluer les besoins, connait une évolution notable avec l’installation de 2500 points lumineux pour un éclairage public impeccable. Ce projet se prolonge par l’électrification au solaire de la grande digue Ousmane Masseck NDIAYE jusqu’à Bango, Ngallèle et sur l’Avenue du Général DE GAULLE.


         Avec l’Agence Française de Développement (AFD), la requalification des grandes artères que sont l’Avenue Jean Mermoz, l’Avenue des Grands Hommes, le boulevard Guet-Ndar/Hydrobase et la place Faidherbe, va notablement améliorer la mobilité urbaine et impacter positivement sur le tourisme, une des mamelles de l’économie locale. La stabilisation de la brèche prise en charge par l’Etat du Sénégal grâce à la volonté du Président Macky SALL de sécuriser la Langue de Barbarie et sauvegarder l’écosystème de la zone fluviomaritime, offre de nouvelles perspectives pour la pêche avec le prochain quai de débarquement prévu dans le faubourg de Sor.


      A travers le Partenariat Public/Privé, il est envisagé la reconstruction à neuf du marché de Sor, poumon économique de la ville, hélas inscrit à l’ordre des désastres urbains. Ce seul projet estimé à 15 milliards de FCFA, suffira comme bilan au Maire. Sa réalisation est d’une nécessité absolue, en raison de sa centralité économique et spatiale. La propreté de la ville figure en bonne place dans les priorités de l’équipe municipale. Ainsi la réhabilitation du Centre d’Enfouissement Technique (CET) de Gandon et la dotation des services techniques municipaux en équipements lourds pour la collecte, l’évacuation et le traitement des ordures entre dans ce sillage pour définitivement installer les populations dans un cadre de vie décent. Qui cherche le développement le trouve auprès du Maire Mansour FAYE, abonné au concret et à l’humilité, loin des fanfaronnades.  


        Pourquoi ne devons-nous pas être optimistes ? Nous avons un Maire ambitieux, intelligent et courageux. Son combat contre les marchands ambulants pourvoyeurs d’ordures et créateurs de désordres doit être soutenu partout et par tous. Malgré le chantage électoral, il tient la barque de la fluidité par le désencombrement de l’Avenue DE GAULLE, devenue la chasse gardée de gens  mus uniquement par l’appétit du gain, sans aucune considération des dispositions réglementaires. L’audace d’une vision de développement rejoint des préoccupations longtemps ressassées, jamais réalisées. Ici le rêve est permis. Quand tout un peuple se met à rêver, c’est le commencement du bonheur.

Ibrahima DIAO
Responsable  APR de la Commune de FASS NGOM.