Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis: Un système d'irrigation de type ''californien'' fait fureur dans la zone du Lac de Guiers

Jeudi 15 Mai 2014

Le système amélioré d'irrigation de type "californien", loué pour sa simplicité et son coût relativement faible, connait un engouement certain auprès des populations de la zone du Lac de Guiers (nord) où quatre villages abritent un site test initié par une équipe de l'Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA), a constaté le correspondant de l'APS à Saint-Louis.

De nombreuses voies se sont élevées pour demander son extension en vue d'en faire bénéficier l'ensemble des producteurs à quelques semaines de la récolte de l'oignon servant de plante-test dans le cadre de ce projet financé par le Centre international pour l'agriculture biosaline (ICBA), basé aux Emirats Arabes Unis.

Mamadou Thioye de la communauté rurale de Gnith, propriétaire de l'un des sites de 0,5 ha concerné par ce projet, a dit sa joie aux responsables de l'ISRA, venus s'enquérir de l’état d'avancement des cultures dans ce champ expérimental et par la même occasion recueillir l'avis des populations sur son évolution.

"Nous ne pouvons que nous réjouir de ce choix porté sur nous pour tester cette méthode d'irrigation qui présente beaucoup d'avantages pour le producteur", a déclaré ce producteur qui reconnait avoir réalisé "une bonne affaire" en adoptant le système "californien".

Selon lui, "avec cette méthode, les champs sont irrigués directement grâce à du matériel léger notamment les PVC utilisés pour l'assainissement'' ce qui fait que "l'eau accède directement aux plantes sans beaucoup de pertes".

Il y a également que le producteur voit sa facture énergétique baisser, ainsi que le coût de la main d'œuvre utilisée, a indiqué M. Thioye, avant de souligner que, avec cette méthode, même les enfants ou les femmes peuvent se livrer à cette tache d'irrigation.

"Là où il faut quatre deux jours pour irriguer, ce système s'en limite à deux heures", a-t-il dit devant une assistance composée de producteurs comme lui, venus vivre de prés l'expérience en cours également à Ngnith, Mbane et Sanente.

Le chef du centre de la zone nord de l'ISRA, Abdoul Aziz Mbaye, a insisté sur les avantages de ce système en phase de test pour faire face au problème auquel étaient confrontés les sols de ce terroir généralement perméable. Une situation à l'origine de pertes d'eau en cas d'irrigation.

De ce fait, l'eau atteint difficilement certains endroits surtout avec le caractère sommaire des aménagements ou des parcelles mal planifiées, indique le technicien, soulignant que cela induit des charges de pompage élevées occasionnant un risque de remontée de sel par excès d'eau d'irrigation ainsi qu'un manque à gagner pour le producteur.

Selon lui, "l'intérêt de cette technologie pour la petite irrigation réside dans sa simplicité et le coût relativement faible du matériel". "Ce système est conçu de telle sorte que chaque portion de 500 m carrés de la parcelle puisse être irriguée par une sortie d’au proche", a-t-il dit.

Des partenaires techniques de l'ISRA comme la SAED et l'OLAG ainsi que la Direction régionale du développement rural (DRDR) ont pris part à cette randonnée de deux jours et ont promis de s'impliquer dans la vulgarisation à grande échelle de cette méthode d'irrigation.


APS