Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis : la sécurisation des archives, un défi majeur à relever (gouverneur)

Vendredi 9 Juin 2017

La sécurisation, la rationalisation et la préservation des archives sont des "défis majeurs" à relever afin de pouvoir léguer aux générations futures des pans entiers de l’histoire de leur peuple, a estimé, vendredi à Saint-Louis, l’adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, Amadou Diop.
 
"La mémoire d’un peuple doit être archivée et conservée, surtout à l’ère du numérique pour partager les données avec les citoyens, qui doivent disposer d’une meilleure connaissance du passé, c’est-à-dire de l’histoire de leur pays", a dit M. Diop.
 
Amadou Diop s’exprimait à la célébration au Centre de documentation et des archives de Saint-Louis (CDA) de la Journée internationale des archives. 
 
Selon lui, l’Etat du Sénégal a entamé un processus d’informatisation de l’état civil et de modernisation de son administration, pour permettre aux citoyens d’avoir accès à un service public moderne.
 
M. Diop a précisé que la ville de Saint-Louis a été choisie pour abriter la célébration de cette Journée internationale des archives, du fait de son histoire coloniale et de son classement par l’UNESCO comme ville patrimoine historique de l’humanité.

Elle est également choisie parce qu’elle est une ville riche de sa diversité culturelle et qu’elle a été longtemps la capitale de l’Afrique occidentale française (AOF), puis du Sénégal. 
 
L’officiel a en outre invité "à s’armer d’un esprit patriotique, de civisme et de citoyenneté, pour la préservation des biens publics, plus particulièrement les archives d’un pays". 
 
De son côté, le secrétaire général de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS), Madine Ba, a rappelé la mise en place par l’institution sous régionale d’un centre de documentation et d’archives pour conserver l’histoire des peuples de ses pays membres.
 
M. Ba a souligné que "si l’histoire est bien conservée et bien archivée, elle échappera forcement aux falsificateurs, qui n’auront alors pas la possibilité de tronquer la mémoire du peuple".
 
"La préservation et la gestion des archives reste un défi à relever afin de léguer à la postérité la mémoire des peuples, surtout l’histoire coloniale vécue par les pays membres de l’OMVS", a-t-il soutenu.
 
Pour le secrétaire général de l’OMVS, "un processus de modernisation et d’informatisation est entamée pour la réalisation d’une bibliothèque numérique, permettant aux citoyens de Bamako (Mali), de Nouakchott (Mauritanie), de Conakry (Guinée) et Dakar (Sénégal), de disposer des données archivées sur l’histoire de leurs pays".
 
La commémoration de la Journée internationale a été mise à profit, pour permettre aux responsables des services municipaux, départementaux, administratifs, et à des universitaires, des élèves, des étudiants et des citoyens, de visiter l’exposition sur l’histoire du Sénégal.
Le chef du Centre de documentation et d’archives (CDA) de Saint-Louis, Babacar Diong, a fait un bref exposé de l’histoire politique du Sénégal, particulièrement du processus des élections du Conseil général du 6 mai 1888, à Saint-Louis.

Il est revenu sur les personnalités de l’époque qui ont marqué l’histoire coloniale du Sénégal et de Saint-Louis, comme les premiers conseillers municipaux (Moustapha Malick Gaye et Abdoulaye Mar Diop), le premier bachelier noir et ancien directeur de la Poste (Abdoulaye Seck Marie Parsine), de Bouh el Mokdad fils et du gouverneur Faidherbe. 
 
Selon M. Diong, le Centre régional de documentation qui a été réhabilité depuis 1998, compte aujourd’hui 16.000 ouvrages et 700 microfilms, entre autres documents.

APS


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.