Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Terrorisme au Sahel : les Chefs d'Etat du G5 décidés à coordonner leurs actions

Mardi 7 Février 2017

Il y a urgence à agir contre le terrorisme ! En résumé c'est ce que les chefs d'Etat du G5, réunis hier lors d'un leur sommet extraordinaire à Bamako, ont retenu sur la situation au Mali qui constitue un risque de déstabilisation dans le Sahel.


Terrorisme au Sahel : les Chefs d'Etat du G5 décidés à coordonner leurs actions
Les 80 victimes de l'attentat meurtrier de Gao, le 18 janvier dernier ont frappé les esprits. Ibrahima Boubacar Keïta saisit l'occasion pour tirer la sonnette l'alarme devant la détérioration de la situation au Mali.

Après le balisage de ce dimanche 5 février des ministres de la défense, de la sécurité et des affaires étrangères, Ibrahim Boubacar Keïta accueille au centre de conférence de Bamako (CCB) -celle-là même qui avait accueilli le sommet Afrique-France- ses homologues du G5 Sahel pour une rencontre au sommet exclusivement réservée à « la situation sécuritaire au Mali et son impact dans le Sahel ».

Le Mali, repaire d'exportation de terroristes vers le Sahel
 
Le thème du sommet épouse parfaitement l'actualité particulièrement sombre de ces derniers mois. Le Tchad, le Burkina, la Mauritanie, le Niger et le Mali tenteront de mettre au point une stratégie pour contrer le terrorisme transfrontalier qui utilise le Mali comme base de repli et d'où il peut essaimer dans tout le Sahel.

Le Mali fait en effet face à une multiplication des attaques terroristes. Dernier en date, ce samedi 4 février avec l'attaque de Menaka, dans le nord du pays, qui a fait 4 morts dans les rangs de l'armée malienne. Elle vient s'ajouter à l'attentat de Gao qui a fait 80 morts lorsqu'un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée avec laquelle il venait de franchir la barrière d'un camp militaire.

L'attaque revendiquée par le groupe Al-Mourabitoune de Mokhtar Belmokhtar, affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) n'est que le dernier d'une longue série d'attaques qui ont frappé en 2016, le Niger et le Burkina voisins. Selon les experts sécuritaires, les auteurs de ces attaques viennent très souvent du Mali ou en tout cas s'y replient.

« Nous assistons ces derniers mois à cette multiplication des attaques terroristes dans le Sahel. Ces attaques nous rappellent l'urgence de la lutte. Les terroristes se sont organisés pour nous conduire dans une longue et épouvantable guerre. La menace est non seulement réelle mais elle prend de nouvelles proportions. Si nous n'agissons pas vite, notre espace deviendra durablement un espace terroriste », s'alarme le chef de l'Etat tchadien Idriss Déby Itno, président en exercice du G5 Sahel, à l'ouverture de la réunion.

Bâtir un espace stable et paisible
 
La menace terroriste grandissante comporte en elle des risques de généralisation des attaques armées dans la région et la création d'une base dans cette région vaste de près de 1,8 million de kilomètres carrés.

« Aujourd'hui encore, face à la montée de l'extrémisme religieux et du terrorisme, nos pays s'efforcent d'apporter une réponse appropriée en vue de bâtir un espace stable et paisible. Ceci est d'autant plus nécessaire que nous partageons les mêmes problématiques face aux enjeux sécuritaires liés au terrorisme et aux trafics de tout genre », complète le président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

Dans leur huis-clos de cet après-midi avec le secrétaire permanent de l'organisation, Idriss Deby du Tchad, Mahamadou Issoufou du Niger, Mohamed Abdel Aziz de Mauritanie, Ibrahima Boubacar Keïta du Mali et Roch Marc Kaboré vont tenter de plancher sur les débuts de solution pour contrer ce terrorisme rampant à travers les frontières.
Lors d'une précédente rencontre de chefs d'Etat, le 24 janvier dernier à Niamey, les chefs d'Etat du G5 ont planché sur la mise en place d'une force sous régionale de lutte contre le terrorisme. Bien avant eux, les chefs d'Etat-major des 5 pays sahéliens ont ficelé un document soumis à l'appréciation des chefs d'Etat. Ces derniers pourraient donc lancer cette force à 5 pour traquer conjointement les terroristes. La riposte contre le terrorisme au Sahel s'organise !

Par Ibrahima Bayo Jr