Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Amadou Bakhao Diaw, traditionnaliste : la mémoire vivante de l’histoire du Walo

Samedi 19 Août 2017

Il connait, sur le bout des doigts, l’histoire du Walo. Amadou Bakhao Diaw, dignitaire local et spécialiste de la tradition orale, incarne la mémoire vivante de l’histoire de cette localité de la vallée du fleuve occupant une place de choix dans l’arc-en-ciel du paysage culturel sénégalais. Le royaume du Walo, berceau de la civilisation Wolof, porte les marques historiques de la parfaite organisation politique et militaire des empires du Sénégal avant l’arrivée des Occidentaux. C’est aussi l’un des lieux dont l’histoire se confond avec l’occupation coloniale.


Amadou Bakhao Diaw connait cette histoire avec finesse et passion. Par les attributions coutumières, il porte les titres de Diawdine, de Diogomaye et de Diombanakhe. « Du côté paternel, j’appartiens à la famille des Dia Ogo, la plus vieille souche aristocratique de la vallée et du pays Wolof. En effet, ce fut le Lamane Diaw qui recueillit Ndiadiane Ndiaye, ancêtre des Ndiaye Bourba et Beur Gueth Diop du Cayor et installa ensuite son frère utérin Barka Bo ancêtre des Mbodj. Les Fall Damel d’origine mandingues sont venus bien longtemps après en pays wolof », se glorifie-t-il. L’historien s’enorgueillit aussi d’appartenir, par sa mère Diaba Manoungou Guilé Mbodj, à la famille des Tediecks, famille dont sont issues les célèbres Linguère Ndieumbeut et Ndaté Yalla ».

 

Il a grandi auprès de ses grands-parents, qui appartenaient à la chefferie traditionnelle qui étaient régulièrement fréquentés par des griots ou leurs cousins. Un milieu, selon lui, où pendant des heures, se tenaient des débats passionnés et parfois houleux sur l’histoire du Walo. « A 13 ans, je pouvais remonter ma généalogie jusqu’au 8ème siècle. Fort de cette tradition orale, j’ai pu croiser mes connaissances avec les archives nationales », soutient-il. Doudou Bakhao Diaw a toujours fait sienne cette citation de Cheikh Anta Diop : « Les intellectuels doivent étudier le passé non pour s'y complaire, mais pour y puiser des leçons ou s'en écarter en connaissance de cause si cela est nécessaire ». Pour ce traditionnaliste et monogame, le Walo étant le berceau de la civilisation Wolof, ethnie principale du Sénégal, l’étude de son histoire ne peut qu’être intéressante.
 

Ancien élève du prytanée militaire Charles Ntchorere de Saint louis, Amadou Bakhao Diaw a fait des études en Economie et Gestion à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar(Ucad). L’historien a été directeur de l’hôpital de Richard-Toll et Conseiller Technique du ministère de la Santé et de la Prévention médicale chargé de l’économie de la santé et du financement de la santé de 2005 à 2012.

Actuellement, il est en train de préparer un roman sur l’histoire du Walo. Ce livre sera édité grâce à la contribution du ministère de la Culture et de la Communication, à travers le Fonds d’aide à l’édition. Il dressera, en grande partie, l’histoire du peuple wolof. Dans ce travail de restauration et de sauvegarde de la mémoire collective, l’historien essayera de retracer l’histoire du Walo.

Par Ibrahima BA
LESOLEIL



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.