Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Baydallaye KANE répond au SAES : « Il n’a jamais été dit que 2 milliards 800 millions des dettes de l’UGB sont certifiées ».

Dimanche 29 Janvier 2017

Le recteur de l'Université Gaston Berger, le professeur Baydallaye KANE
Le recteur de l'Université Gaston Berger, le professeur Baydallaye KANE
«  La situation des dettes doit être lue à la lumière du manque d’investissement dans l’enseignement supérieur des années 1990 aux années 2000, situation aggravée par l’augmentation des charges », a précisé le recteur de l’Université Gaston Berger (UGB) de Saint-Louis, dans sa lettre mensuelle à la communauté.

«  La certification est un acte technique et administratif formel », dit-il, en précisant qu’en 2014, « les dettes de l’UGB avaient atteint près du montant susmentionné » et que « les dettes des universités sont des cumuls de plusieurs années. Les documents mis à disposition le montrent très clairement ».

En saluant «  la volonté politique affichée par l’État d’arriver à l’équilibre budgétaire », le professeur KANE note que « des efforts importants ont été faits en 2016 et 2017 avec l’augmentation de la subvention de l’État ».

«  Cependant, nous continuerons à solliciter les pouvoirs publics pour des budgets complètement équilibrés et pour la certification et apurement des dettes, seules garanties de stabilité financière durable pour les universités », a ajoute-t-il.

►►► UNIVERSITÉ GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS : une dette certifiée à plus de 2 milliards de francs CFA

«  Il est vrai que l’on note souvent des retards de salaires, mais jamais de salaires impayés. La principale raison de ces retards, c’est la mise à disposition tardive de la trésorerie. Il faut saluer les efforts de l’administration de l’UGB qui parvient malgré ces difficultés à réduire ces désagréments. Au mois de décembre dernier, par exemple, tous les salaires ont été payés entre le 27 et le 30 », signale le président de l’assemblée de l’UGB.

«  Le problème du manque d’informations sur le montant exact des dettes de l’UGB remonte à quelques années déjà et n’incombe nullement au Recteur en exercice ni à ceux qui l’ont précédé. Il est lié à un concours de circonstances », lit-on dans sa lettre parcourue par Ndarinfo.com

Poursuivant, il signale que « maintenant que des informations plus précises sont disponibles, à l’issue d’un processus de rapprochements, elles ont été versées dans les documents préparatoires pour la conférence budgétaire. Le travail continue, pour affiner ces informations ».

Le recteur réitère sa « disponibilité » et son « ouverture à la concertation et au dialogue permanents pour un espace de paix et de concorde », « condition sine qua non, dit-il, pour la résolution collégiale des problèmes et pour de grandes performances pédagogiques et scientifiques ».

NDARINFO.COM