Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Changement climatique, Genre et stratégies d'adaptation: Des acteurs aux profils différents en conclave à l'UGB

Mercredi 27 Juillet 2011

Changement climatique, Genre et stratégies d'adaptation: Des acteurs aux profils différents en conclave à l'UGB
Changements climatiques, Genre et Stratégies d'adaptation. C'est le thème d'un atelier organisé hier à l'université Gaston Berger par les responsables du Groupe de Recherches sur les Migrations et les faits de société (GERM) avec l'appui du projet INTAC (Intégration de l'adaptation aux changements climatiques dans le développement durable au Sénégal).
En présence du représentant du Recteur Mary Teuw Niane, le professeur Oumar Sougou, des représentants du PNUD et de l'UNESCO/BREDA, d'une soixantaine de participants, le coordonnateur du GERM, Dr Aly Tandian s'est réjoui de cette grande rencontre qui a été une opportunité pour interroger à nouveaux frais et entre autres, la perception des causes, manifestations et conséquences des changements climatiques selon le genre.
Elle se veut un espace de réflexion entre acteurs aux profils différents (acteurs de la société civile, chercheurs, agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, populations vulnérables et autres travailleurs issus des autres catégories socioprofessionnelles) etc.
Le GERM, selon M. Tandian, a pensé que le genre, un concept social pour certains, une construction sociale pour d'autres, semble être une riche entrée pour non seulement reconnaître que les rôles des femmes et des hommes et les relations qui existent entre eux sont prescrits par la société, déterminés par le contexte social, politique, économique et non par l'aspect biologique seulement. Mais, il est également une approche pertinente pour questionner la vulnérabilité des populations et les stratégies d'adaptation face aux changements climatiques.
Les effets du changement climatique, notamment, les inondations, la dégradation de la biodiversité, la remontée de la mer sur les terres habitées, la salinisation de la nappe phréatique et des terres agricoles, la réduction des captures de ressources halieutiques, la baisse de la qualité de l'air, agissent sur les conditions de vie sociale et économique, en termes de réduction de moyens d'existence déjà fragiles, l'insécurité alimentaire, de destruction d'habitats, d'augmentation des risques de conflits par l'accès et le contrôle de ressources, notamment, l'eau et le foncier, les migrations plus ou moins volontaires.
En marge de cet atelier, le coordonnateur du projet INTAC, Babacar Diouf, a rappelé que son programme est un projet du PNUD financé par le Japon pour un coût global de 90 millions de dollars et destiné à une vintaine de pays africains. Il a démarré en septembre 2010 et compte terminer ses activités en décembre 2012.
INTAC, selon M. Diouf, a réalisé, en collaboration avec le Génie Militaire et autres partenaires, entre Saly Filao et Palm Beach, un gabionnage sur 750 mètres. C'est un projet qui favorise les conférences, la communication interactive les ateliers et autres débats sur le changement climatique.
Mbagnick Kharachi Diagne


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.