Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Communiqué de presse de la Coordination des Etudiants de Saint-Louis (C.E.S.L)

Jeudi 9 Février 2012

Communiqué de presse de la Coordination des Etudiants de Saint-Louis (C.E.S.L)
La C.E.S.L. est la structure représentante des étudiants de toute l’université Gaston Berger de Saint-Louis (UGB). Elle a pour vocation la défense des intérêts pédagogiques, matériels et moraux des étudiants de ladite université. C’est dans ce sillage que la C.E.S.L. s’est levée pour se prononcer sur le fléau majeur qui paralyse l’Université sénégalaise à savoir la grève du Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES).
Après avoir discuté avec la section du SAES de Saint-Louis et après avoir lu et apprécié le protocole d’accord signé entre l’Etat et ledit syndicat, la Coordination des Etudiants de Saint-Louis (C.E.S.L.) ne discute de la légitimité et le bien-fondé de ce mouvement de grève. Quoique la nature de certains points du protocole mérite qu’on s’y penche. Toutefois nous pensons qu’il est aujourd’hui incongru de persister dans ce mouvement de grève. Le SAES doit savoir que la loi du « tout ou rien » n’est pas une bonne technique de lutte syndicale. Dans ce domaine les avancées dans les négociations sont à prendre en compte car les luttes syndicales se gagnent de manière successive et évolutive. Il y a quelques années le SAES parlait de plate forme revendicative en ce qui concerne la réforme des titres pour ne pas dire « réforme des grades », de l’indemnité de logement, de la construction des infrastructures pédagogiques etc. Mais, depuis mars 2011, celle-ci est devenu un protocole d’accord qui n’attend qu’à être appliqué ou respecté. Ne pas reconnaitre cela comme étant une avancée dans la lutte syndicale serait, pour nous, une erreur de la part du SAES qui continuerait à paralyser l’Université sénégalaise et la conduirait sans nul doute vers une année blanche.
Nous pensons également que vue la situation du pays, la fibre patriotique devrait vibrer dans les cœurs en lieu et place de la persistance à satisfaire les intérêts stricto personnels des uns et des autres.
Nous condamnons également l’attitude irresponsable de l’’Etat dans la gestion de ce dossier. S’il était conscient de son incapacité à satisfaire les revendications du SAES pourquoi aller dans le sens de signer un protocole d’accord? Si celui-ci (l’Etat) prétend le contraire qu’il passe à son application sans délai! Nous pensons qu’un Etat sérieux et assez fort devrait pouvoir avoir le courage de dire à ces citoyens ce qu’il est capable de faire ou non sans penser aux prochaines échéances électorales et d’être obligé de verser dans la démagogie.

En définitive nous lançons un appel au SAES en demandant à nos chers professeurs d’être plus que jamais patriotes et de penser d’abord à la situation qui prévaut présentement dans le pays plutôt que de s’obstiner à satisfaire à tout prix leurs revendications, quoique légitimes. Nous leurs demandons de ne pas, en tant qu’universitaires, contribuer à mettre le pays dans le chaos, comme les hommes politiques s’y essaient en ce moment.

Saint-Louis le dimanche 05 février 2012

La Coordination des Etudiants de Saint-Louis (C.E.S.L.)


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.