Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Crash d’avion à Podor : le film du drame ayant entraîné le décès du pilote français

Mercredi 8 Août 2018

C’est encore l’émoi et la consternation dans le delta et la vallée du fleuve Sénégal, à la suite du crash. En clair, l’aéronef a décollé de l’aérodrome de Podor à 5h 45 et s’est écrasé quelques minutes plus tard à 5 km de Diattar , en terre mauritanienne.


Cet aéronef effectuait une opération de traitement  des produits phytosanitaires pour réduire la pression des oiseaux granivores  par voie aérienne. Une  information confirmée par le Directeur régional du développement rural (Drdr) de Saint-Louis, Hamadou Baldé.

A en croire le Directeur de la Drdr, le pilote français, décédé dans le crash,  était chargé de pulvériser un insecticide contre les nuées d’oiseaux granivores qui détruisaient les plantations rizicoles.

Le crash de l’avion affrété pour le compte de la Direction de la protection des végétaux  (Dpv), ce mercredi 8 août 2018, n’a pas encore révélé tous ses secrets. Le responsable de l’aérodrome de Podor, Amadou Tidiane Ba a écarté les mauvaises conditions climatiques parmi les causes probables du  crash.

« L’avion avait décollé de l’Ile à Morphil vers 5 heures 45 ce matin, pour pulvériser des oiseaux granivores. Au retour, c’est à 5 Km à l’est de Podor où l’appareil a eu des problèmes près d’un village appelé Diatar (département de Podor). Le climat était très favorable depuis quelques jours. Il n’y a pas de nuage ni de poussière. Le temps est excellent. Ce ne sont pas les conditions météorologiques. Cela pourrait être la conséquence de défaillances mécaniques comme entre autres, un manque de kérosène. Mais, en tout cas, ce n’est pas à cause des effets de la météo. Ce qui est sûr, c’est qu’il n’y avait qu’une seule personne à bord. C’est le pilote, de nationalité française. Il n’a pas survécu », a-t-il dit.

Selon des informations, une délégation composée, entre autres d’Abdoulaye Niasse, directeur adjoint de la compagnie Ats (Air technical service), le préfet, des agents de la Saed (Société nationale d’aménagement et d’exploitation des terres) et ceux de la Dpv (Direction de la protection des végétaux) étaient en terre mauritanienne, sur le site du crash. Ils sont attendus à Podor avant la fin de journée.

NDARINFO