Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Furie des vagues sur la Langue de Barbarie : le triste témoignage de cette vieille dame (vidéo)

Vendredi 4 Août 2017

Le mur de protection de la Langue de barbarie risque de s’affaisser. La situation est plus alarmante à Ndar-Toute, en face du marché. Des pans du mur sont en train de se désintégrer. Dans une des maisons qui longent l’infrastructure en danger, une vieille dame nous fait le récit de ses souffrances et celles de sa famille. Regardez !


NDARINFO.COM

 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par bara le 04/08/2017 22:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les catastrophes naturelles, aggravées par les effets conjugués du changement climatique, de l’urbanisation et de l’accroissement de la population, engendrent des pertes qui dépassent désormais les 500 milliards de dollars par an, et rien ne laisse présager une inversion de cette tendance.

Or, faute de temps et de ressources, les pays en développement n’anticipent pas suffisamment ces phénomènes devenus courants, ce qui nuit à leur relèvement post-catastrophe, compromet leur développement durable et laisse des millions de personnes parmi les plus vulnérables sur le bord du chemin.
Toutefois, si les investissements en matière de gestion des risques progressent, les efforts des pays ne s’accompagnent généralement pas des dispositions institutionnelles et de gouvernance qui assurent un tel processus de reconstruction.

2.Posté par Alpha Cissé le 05/08/2017 13:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La situation sur la langue de barbarie doit être la priorité des priorités du gouvernement Sénégalais de nos jours.La situation est plus qu'alarmante et quiconque connait cet endroit sait que la population vit déjà dans l'océan et ce que nous attendons c'est peut être c'est la disparition de cette partie de la ville, en une nuit.
Il s'agit ni plus,ni moins d'une situation de non assistance à personnes en danger et une catastrophe appellerait la responsabilité de toutes les autorités étatiques.Il fut aujourd'hui d'organiser au plus vite le déménagement de toutes les populations qui habitent en face de l'océan.Il faut alerter nos partenaires et l'ensemble de la communauté internationale.Il est simplement criminel de rester indifférent au sort des populations de la langue de barbarie après les avoir utilisé comme du bétail électoral.

3.Posté par yagar-yagar le 05/08/2017 17:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je n'ai pu m'empêcher de pleurer en entendant le témoignage de cette vieille dame si pleine de dignité (tout le contraire de nos politichiens!). Mais qu'attend t-on pour venir en aide à ces pauvres gens? C'est quoi ce pays de monstres où les plus nantis ne pensent qu'à se gaver la panse! Où est l'état? Où sont les imams? et tous les autres? Ce qui se passe dépasse l'entendement. Et pendant ce temps il y a des idiotes qui dansent et se trémoussent pour célébrer la "victoire" de je ne sais quel hurluberlu qui ne changera rien à leurs vies ratées!

4.Posté par bara le 06/08/2017 11:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je propose un plan local spécial pour la sauvegarde de la langue de barbarie (PLAS-LB°

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.