Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Hôpital de Saint-Louis : « Sur mes 11 gardes, il y a eu 4 à 5 décès de bébés ( …) Il n’y avait rien pour les ventiler », témoigne une stagiaire française.

Vendredi 24 Février 2017

Élève sage-femme en quatrième année, à l’Institut Gernez-Rieux de Lille, Océane Lamblin est partie du 4 au 29 janvier au Sénégal. À la maternité de Saint-Louis, la jeune Quesnoysienne de 21 ans a découvert une autre culture et des conditions de travail parfois très rudes. De quoi nourrir son expérience.


Hôpital de Saint-Louis : « Sur mes 11 gardes, il y a eu 4 à 5 décès de bébés ( …)  Il n’y avait rien pour les ventiler », témoigne une stagiaire française.
À 21 ans, Océane a une furieuse envie de découvrir le monde. Sage-femme, c’est une profession vers laquelle elle s’est tournée pour le côté «  humain  » du métier. Aujourd’hui étudiante en quatrième année (sur cinq), la Quesnoysienne ne regrette pas : «  On s’occupe des femmes, c’est important  », glisse-t-elle. Et si Océane est partie à l’hôpital Saint-Louis du Sénégal, du 4 au 29 janvier, ça ne doit rien au hasard.

«  J’ai toujours voulu faire de l’humanitaire, aider les autres. Me sentir utile, c’est important  », ajoute la jeune fille. L’institut où elle étudie donnait la possibilité de réaliser un stage à l’endroit de son choix, Océane Lamblin a saisi l’occasion pour partir au Sénégal avec trois autres étudiantes.

Le groupe s’est rapproché de l’association AMIS, qui a l’habitude d’envoyer infirmières et sages-femmes à Saint-Louis du Sénégal, ville jumelée avec la capitale des Flandres.

À la maternité de Saint-Louis, Océane et ses amies ont vite été mises dans le bain. «  On a été accueillies par la maîtresse, la cadre de santé, et on a enchaîné des gardes de 16 h. En France, c’est 12 h !  », raconte la Quesnoysienne. Mais ça n’a pas été la seule surprise et l’étudiante a pu développer son sens «  clinique  », dans un établissement pauvre en matériel qui enregistre pourtant 5 000 accouchements par an, «  c’est plus que Jeanne de Flandre  ».

«  Il n’y avait rien pour ventiler les bébés, il fallait faire avec les moyens du bord  », ajoute Océane qui a découvert que les mamans doivent acheter le matériel, y compris pour les prises de sang, avant leur accouchement. Il y a eu aussi des scènes très dures à vivre, comme le décès d’une femme qui venait d’un village et n’a pas supporté le voyage jusqu’à la maternité. «  Sur mes 11 gardes, il y a eu 4 à 5 décès de bébés  », soupire-t-elle.

Au Sénégal, Océane a pu effectuer des gestes qu’elle n’aurait jamais pu faire en France. Elle revient forte d’une expérience professionnelle et humaine intense. Et avec l’envie de repartir, une fois diplômée, avec Gynécologues sans frontières, par exemple.
 
 

Océane Lamblin. Source photo: Lavoixdunord.fr
Océane Lamblin. Source photo: Lavoixdunord.fr
Source: lavoixdunord.fr


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par Doomou Ndar le 24/02/2017 14:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ainsi Parlait Mr BAPAU BA

De quoi s’agit-il encore ? Que se passe t-il encore et encore à l’hôpital de Saint-Louis ?
Hélas ! le Directeur à mis « son » centre hospitalier en joug ,tiré froidement et , par les rafales de sa mitraillette a foudroyé en plein cœur « ses » pensionnaires malades ,couvrant alors de leur sang et de leurs larmes ,les mains de tous les membres du conseil d’administration sous le nez desquels une décision impopulaire, offensante voire meurtrière a été prise .


En effet sur proposition du Directeur de l’hôpital, le conseil a accepté la révision à la hausse des tarifs de consultations et de soins de 67 à 100% lors de sa délibération à la séance du 26 juin 2015.

Depuis cette date fatidique, c’est presque la mise à mort de tous les Gorgolous de la région : des mamans vont mourir en couche, des vieillards croupir sous le fardeau des médicaments coûteux et frauduleux ,des enfants condamnés à mendier pour assurer à leurs parents l’accès aux soins et aux consultations d’urgence .Pour s’en convaincre ,référence ce tableau ci-dessous.

SERVICE TARIF SERVICE TARIF
Ancien Nouveau Ancien Nouveau
URGENCE 3000 5000 ECOGRAPHIE 5000 10000
MEDECINE IV 2500 5000 ACCOUCHEMENT + 1 lite de JAVEL ET 1L MADAR 5000 10000
CHIRURGIE GENERAL 2500 5000 PANARIE 5000 10000
CHIRURGIE ORTHO 2500 5000 LABO
PEDIATRIE 3000 5000 EXAMEN 1500 2500
ODONTO.STOMATO 1500 2500 COLYCEMIE 2500 4000
OPHTALMO 3000 5000 CRETEMIE 4000 5000
ORL 3000 5000 CHOLESTOROL 3500 5000
GYNECO 3000 5000 CALCEMIE 3000 4000
PSYCHIATRIE 2000 5000 MAGNESIUM 3000 4000
RADIO STANDARS 5000 10000 ECHO COEUR 30000
RADIO HANCHE 6000 10000
RADIO CERVICAL 6000 10000
RADIO LOMBAIRE 6000 10000
ELECTRO CARDIO 7000 10000
CATARACTE 30000 40000
STOMATO SIMPLE 2500 4000
KINESI 1000 3000
CONSUL OPHTALMO 3000 5000

Qu’est ce qui à motivé un tel acte ?
De source sûre émanant de certains membres du conseil administration, le Directeur OUSMANE GUEYE nouvellement affecté à Saint-Louis disait qu’il était attributaire d’une indemnité de 800 000 FCFA à son dernier poste et se désolait qu’à Saint-Louis celle-ci soit rabaissée à 300 000CFA.

On ne comprend pas comment ce nouveau Directeur s’est forgé cette idée et par quelle gymnastique intellectuelle il a pu convaincre « ses partenaires » du conseil à lui doubler pour son compte personnel l’indemnité à 600 000fcfa.
En vertu de quoi faut –il admettre et appliquer cette mesure à ces moments difficiles que traversent la population saintlouisienne et de la région.

Le conseil d’administration souffre t’il d’une carence ou d’un essoufflement, il n’a pas été renouvelé depuis 12 ans, qui l’empêche de s’apitoyer un peu plus sur le sort de nos frères et sœurs, de nos pères et mères, des hommes et des femmes de la région de Saint-Louis.

Ou fait -il semblant d’oublier la mission régalienne que l’état sénégalais confie à l’hôpital
Faciliter et garantir à chaque citoyen l’accès aux soins vitaux essentiels en garantissant la mission de service public
Offrir à tout citoyen quelle que soit sa catégorie sociale la possibilité de fréquenter la structure hospitalière et de lui fournir des prestations et des soins de qualité conformes avec la réforme hospitalière.
Faut –il alors rappeler à ce conseil d’administration les dispositions sociales permanentes d’un service qui stipulent que tout usager, riche ou pauvre doit bénéficier de jour comme de nuit, des soins de santé dans l’espace géographique.

En fait, la réforme hospitalière a bien mis l’accent sur l’accessibilité des soins à la très grande majorité des populations, car les dépenses liées aux hospitalisations sont énormes et parfois très contraignantes .C’est pourquoi d’ailleurs de nombreux malades n’ayant pas les moyens de supporter les frais, préfèrent mourir dans la dignité humaine que de se rendre piteusement à l’hôpital.

En conséquence, Messieurs les membres du conseil administration, la population de Saint-Louis et sa région vous prient instamment de revoir vos copies et de respecter les tarifs accessibles à tous pour la santé de tous.
Sans doute la santé n’a pas de prix, mais c’est bien au prix des sacrifices de votre métier ou de votre fonction que vous pourriez sauver beaucoup d’autres vies et prolonger la vôtre grâce au tout puissant.
Ah oui dans votre corps de métier, la santé, on doit apprendre à se donner à soi pour mieux se donner à autrui.
Il arrive qu’un homme se croit dépositaire d’un message alors qu’il n’en est plus que le cercueil porteur d’idées, porteur de sceptres.

Je rappelle que la santé est le trésor le plus Précieux, le plus facile à perdre et le plus mal protégé.

Bapau
Président de l’A.S.D.I.C
Association Sénégalaise pour la Défense des Intérêts des Consommateurs

2.Posté par Yaya le 25/02/2017 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'appel de cette stagiaire à l'hôpital de Saint Louis est très préoccupant Un taux de décès des nouveaux nés qui avoisinent les 50%.
Pour réfléchir sur les solutions, il faut dépasser les attaques de personnes et les clivages de groupe. Ce n'est pas une affaire du Directeur de l'hôpital.
Au demeurant, la santé a un coût, si l'augmentation des tarifs permet une amélioration des prestations et de sauver des vies, alors c'est vraiment la bienvenue.
Je pense que le Ministere et le conseil d'administration de l'hôpital vont se pencher sur ce dossier

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.