Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Impôt sur les Sociétés – Le Sénégal 9e dans le Top 10 des bons élèves de l’Afrique francophone

Vendredi 22 Avril 2016

Les réformes conduites par nos gouvernements au cours des dernières années ont fait considérable baisser le fardeau fiscal dans certains pays, mais dans d’autres, le taux d’imposition reste encore élevé. Dans un rapport publié par le cabinet PWC et la Banque mondiale, le pays de la Téranga occupe le 9e rang des pays de l’Afrique francophone où on paie moins d’impôt.


Le rapport dénommé « Paying Taxes 2016» porte sur l’imposition des bénéfices, l’imposition des dividendes, les cotisations et les charges sociales supportées par l’employeur, l’impôt sur la transmission du patrimoine, la taxe foncière… et liste le palmarès de 24 pays africains. L’Île Maurice, le Seychelles et le Rwanda sont respectivement les 1er, 2e et 3e pays où les taux d’imposition sont les plus faibles. À l’opposé, le Centrafrique, l’Algérie et la Mauritanie sont les mauvais élèves en se basant sur la liste avec respectivement un taux d’imposition total moyen de 73,3 %; 72,7% et 71,3%. Voici le tableau
 
Rang Pays Taux d’imposition total moyen (%)
1e Île Maurice 22,40
2e Seychelles 30,10
3e Rwanda 33,00
4e Djibouti 37,60
5e Madagascar 38,10
6e Burundi 40,30
7e Burkina Faso 41,30
8e Gabon 45,70
9e Sénégal 47,30
10e Niger 48,20
11e Mali 48,30
12e Togo 48,50
13e Cameroun 48,80
14e Maroc 49,10
15e Côte d’ivoire 51,90
   
Le rapport : http://www.pwc.fr/paying-taxes-2016.html
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les quelques pays faisant figure de bons élèves ne sont pas forcément les nations considérées comme les locomotives économiques de la zone, ce qui permet de tirer la conclusion selon laquelle un bon écosystème entrepreneurial est également conditionné par une grande facilité d’accès aux sources de financement (banques, Business Angels, bourse des valeurs, crowdfunding), une multiplicité des incubateurs et accélérateurs, une présence d’écoles de commerce dispensant un enseignement de haute qualité, une capacité d’innovation ou une stabilité politique – et non lié à la simple baisse de la ponction fiscale – . Un patron d’entreprise préférerait sans doute s’installer dans un pays africain où règne la paix civile, avec un taux d’imposition sur les sociétés élevé plutôt que gérer ses affaires dans un état doté d’une fiscalité faible, dans lequel les crises politiques et militaires sont monnaie courante.

Senecoplus.com


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.