Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

" La brèche de Saint-Louis a été ouverte pour des "intérêts monétaires", selon la directrice de l'ANSRA.

Dimanche 15 Mars 2015

La brèche de Saint-Louis (nord) a été ouverte en 2003 par des individus désireux de ne satisfaire que leurs propres "intérêts monétaires", a soutenu jeudi à Dakar la directrice générale de l’Agence nationale de la recherche scientifique appliquée (ANSRA), Aïssatou Sophie Gladima Siby.

L'ouverture de cette brèche lors des inondations de septembre-octobre 2003 a engendré plusieurs morts chez les pêcheurs saint-louisiens, qui tentent de traverser cet espace en pirogue.

"Ce qui me fend le cœur, c'est que, pour des intérêts pas crypto-personnels, mais plutôt monétaires, des gens ont préconisé des solutions tout en sachant que ce n’était pas viable", a dit Mme Siby, ingénieur-géologue, dans un entretien avec l'APS.

"J'ai entendu des gens préconiser la fauche des roseaux [situés près de la brèche] parce qu’on les paye pour cela", a expliqué Mme Siby, en ajoutant que cette pratique a engendré des conséquences malheureuses sur la brèche.

Elle dit déplorer que des directeurs de sociétés nationales aient "accepté d'ouvrir cette brèche".

"Et on ne connaît pas encore [toutes] les conséquences de cette brèche. Avec le niveau de la mer qui augmente (…) personne ne sait. Le lac de Guiers sera-t-il menacé par la montée des eaux ?" s’inquiète la directrice générale de l’ANSRA.

APS