Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Marchés hebdomadaires dansle département de Podor : l’équation de la gestion des déchets générés par ces « loumas ».

Samedi 14 Septembre 2019

Marchés hebdomadaires dansle  département de Podor : l’équation de la gestion des déchets générés par ces « loumas ».
L’épineux problème de la prise en charge des déchets générés par les loumas (marchés hebdomadaires) du Fouta, a été remis sur le tapis, à l’occasion d’une visite de presse organisée hier par le président d’Africain Journaliste Forum (AJF), René Massiga Diouf, journaliste à la Rts, dans le département de Podor, plus précisément, à Thillé-Boubacar, Tar-Edji et à Agnam (situés dans la zone de Guédé-Village).

À Thillé-Boubacar, René Massiga Diouf s’est adressé à la presse pour préciser que cette

 visite à pas de charge, «  a été organisée en étroite collaboration avec la plateforme d’alerte sur le péril environnemental au Sénégal (PAPES) ».

Dans cette partie du Fouta, a-t-il souligné, « les études ont montré qu’il existe 15 marchés hebdomadaires sur un rayon de 13.000 km2, les villages de Agnam et de Taredji enregistrent les plus grands taux de fréquentation, avec près de 65.000 personnes ».

Il a fait savoir que ces marchés hebdomadaires du département de Podor sont devenus de véritables points de convergence des vendeurs et des acheteurs, qui y mènent des tractations financières et commerciales florissantes.

En effet, ces loumas offrent chaque semaine aux éleveurs, cultivateurs, producteurs maraîchers, opérateurs économiques et autres hommes d’affaires qui s’activent dans les domaines de l’agriculture, de l’agro alimentaire, du pastoralisme, de l’embouche bovine et ovine, du petit commerce de la viande grillée, etc, des opportunités de réaliser de très bons chiffres d’affaires.

Cependant, a rappelé René Massiga Diouf, « personne ne se soucie de la gestion de ces nombreux déchets générés par ces loumas, qui cause un lourd préjudice au cadre de vie des populations et qui polluent l’environnement immédiat de ces marchés hebdomadaires ».

S’appuyant sur cet argumentaire très solide, il a laissé entendre qu’African Journalists Forum (Ajs) a été très sensible à cette situation et a jugé nécessaire d’organiser cette visite dans ces loumas, en vue d’alerter les populations du département de Podor, sur les conséquences désastreuses engendrées par la prolifération de ces déchets, constatée dans ces différents marchés hebdomadaires.

Il s’agit, plus précisément, d’une visite d’alerte sur les dangers environnementaux notés dans ces loumas, qui ne cessent de se développer et de s’agrandir. Par la même occasion, a-t-il poursuivi, il s’est agi également d’attirer l’attention des autorités administratives et municipales du département de Podor sur « cette bombe environnementale » qui risque d’exploser à tout moment, si on ne fait rien pour « la désamorcer ».

De l’avis de René Massiga Diouf, il est absolument nécessaire de mobiliser, dans les plus brefs délais, toutes les énergies, en vue d’organiser des opérations de collecte et de ramassage des ordures dans ces loumas et dans tous les marchés hebdomadaires de notre pays.

Abondant dans le même sens, le maire de la commune de Guédé village, Mamoudou Bocar Sall, a confirmé les propos de René Massiga Diouf, précisant néanmoins, que  les communes du département de Podor déploient des efforts constants et louables pour ramasser ces ordures ménagères qui jonchent le sol dans tous les coins et recoins de cette partie du Fouta.

Il a souligné que les responsables de ces collectivités locales sont très conscients des dangers auxquels les populations sont exposées, si ces ordures ménagères ne sont pas enlevées régulièrement.

Le premier magistrat de la commune de Guédé-Village n’est pas passé par quatre chemins, pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur l’urgence et la nécessité de renforcer les ressources financières dont disposent les collectivités, afin de leur permettre de mieux prendre en charge les problèmes de santé publique, de l’éducation et de l’environnement.

Mbagnick Kharachi Diagne/Chroniques.sn
 


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.