Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Mémorandum de la section de Saint-Louis de la Fédération Nationale des personnes handicapées[Document]

Lundi 3 Décembre 2012

La section de Saint-Louis de la Fédération Nationale des personnes handicapées saisit l’occasion de ce 03 Décembre pour présenter leurs revendications communes à travers ce mémorandum en 3 points :


Atoumane Kane Sy, le Secretaire général de la section communale de la Fédération Nationale des  personnes handicapées.
Atoumane Kane Sy, le Secretaire général de la section communale de la Fédération Nationale des personnes handicapées.
Sur le plan sanitaire, on constate l’inexistence de structures de prise en charge des malades mentaux. Le coût des médicaments est très élevé par rapport au niveau de revenus des parents. En l’absence de centres psychiatriques, les consultations débouchent sur des ordonnances dont les prix ne sont pas toujours accessibles aux parents. On assiste aussi à la déperdition, à l’errance des malades mentaux, des cas de disparitions sont souvent enregistrés au niveau de la commune. L’existence d’un système de fichier et d’identification permettrait de réduire les cas de disparition (banque de données) mais également assurer leur suivi.

Nous voulons la construction d’un centre psychiatrique dans la région de Saint-Louis et que l’Etat prenne en charges les frais d’internement des patients

- Parlant de la prise en charge médico-sociale des enfants IMC sur les domaines : du massage, et des produits adéquats et de la formation des parents aux techniques simple de suivi des IMC leur prise en charge médicale fait défaut.

Nous voulons que dans les structures sanitaires existantes que soit aménagée une salle de massage pour enfants IMC, la Prise en charge médicale et la mise en place de mécanismes de suivi (relais communautaires formés aux techniques d’accompagnement des Personnes vivants avec un Handicap lourd et les polyhandicaps).

Concernant l’appareillage et des aides techniques saviez-vousque dans toute la zone Nord (Saint-Louis, Louga et Matam), il n’y a pratiquement pas de centre d’appareillage et d’orthopédie, si bien que pour une petite réparation la personne appareillée peut être amené à faire plus de 300 Km. Du coup, il y’a ainsi des examens qui sont ratés des emplois perdus à cause d’un défaut d’appareil.

A cela s’y ajoutent d’autres difficultés intrinsèques liées au service orthopédique de l’hôpital de Saint-Louis :
- Appareils de qualité moindre et souvent défectueux
- Coût très élevé des appareils
- Le service orthopédique de l’hôpital est très enclavé et difficilement accessible pour les personnes en situation de handicap.
Nous exigeons l’élaboration de mécanismes de suivi pour améliorer les outils du centre orthopédique de l’hôpital, l’ouverture d’une porte extérieur pour faciliter l’accès des Personnes handicapées.

- Les appareils auditifs pour les sourds sont quasi inexistants dans la région
Nous suggérons de nouer des partenariats à travers la coopération décentralisée avec les collectivités locales de la région pour essayer d’apporter un début de solutions à ce problème.
- Les albinos ont également des difficultés d’accès aux crèmes solaires et lunettes adaptées
- Les non-voyants ne disposent pas non plus de cannes blanches
- Les femmes handicapées ont aussi des difficultés en cas de grossesse notamment lors des visites prénatales avec des tables non adaptés mais aussi lors de l’accouchement.

Nous recommandons une subvention de ces produits par l’Etat centrale ou les collectivités locales et leur mise à disponibilité dans les structures de santé ou auprès des organisations de personnes handicapées ; il doit doter rendre accessibles le matériel et les structure de santé aux femmes handicapées
Nous vous rappelons l’Art. 7. los- L'Etat garantit à la personne handicapée les soins médicaux nécessaires à sa santé physique et mentale.
Art. 10. - L'Etat prend en charge les frais des appareils orthopédiques et des aides techniques nécessaires aux personnes handicapées titulaires de la « carte d'égalité des changes » qui ne bénéficient pas de couverture sociale.

IL urge de publier les décrets d’applications déjà signé par le Président de la République, afin que les personnes handicapées puissent entrer en possession de la « carte d'égalité des changes »

Sur le plan de l’éducation de l’enseignement, de la formation et de l’insertion socio professionnelles aucune disposition n’est prise par l’Etat pour la prise en charge de cette couche vulnérable. De Matam à Thiès, il n’a aucune structure de formation spécialisée à prendre en charge certains types d’handicap notamment les visuels et les sourds muets. C’est pourquoi :
Nous exigeons de l’Etat le respect de loi qui garantit la scolarité obligatoire de tous les enfants des deux sexes âgés de 6 à 16 ans. Et pour cela l’éducation inclusive doit devenir une réalité au Sénégal. Le recrutement dans la fonction publique du quota des 15% réservé aux personnes handicapées.

Sur le plan du sport et des loisirs, les personnes handicapées font l’objet d’une discrimination notoire. Il n’est pas tenu compte de leurs préoccupations dans ce domaines si bien que les infrastructures sportives et culturelles leurs sont difficilement accessibles.
La compétition récente des 10 km de Saint-Louis en est la preuve palpable. C’est une compétition qui a enregistré la participation des athlètes handicapés mais aux récompenses réapparaît la discrimination :
1er prix dame 1000 000
1er prix Homme 1500 000
1er prix Handicapé 2 5000


Alors que rien que les frais de préparations nous ont coûté plus de 200 000 fcfa.
C’est un manque de considération notoire qu’il convient de corriger dans l’avenir c’est pourquoi,
Nous exigeons des organisateurs l’annonce publique des prix pour apprécier l’intérêt de notre participation

Pour la célébration de cette journée à Saint-Louis, certains partenaires n’ont pas répondu favorable à notre sollicitation depuis la réunion préparatoire jusqu’à l’organisation pratique. Cela dénote encore une fois un sentiment de mépris ou de négligence que tous ensemble, nous devons combattre pour le respect des droits des personnes handicapées.






Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.