Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Pour faire face à l'avancée de la mer, les populations de Doun Baba Dièye recasées à Mbambara

Vendredi 29 Juillet 2011

Pour faire face à l'avancée de la mer, les populations de Doun Baba Dièye recasées à Mbambara
Les populations du village de Doun Baba Dièye, situé dans le quartier de Nguet Ndar, seront recasées sur l’ile de Mbambara, non loin de la localité, a indiqué, vendredi, El hadj Boubacar Dia, chef de la Division régionale de l’environnement et des établissements classés de Saint-Louis (DREE).

Situé en face de Saint-Louis et du canal de délestage creusé en 2004 pour mettre la ville à l’abri des inondations, le village de Doune Baba Dièye est menacé de disparition à cause de l’érosion côtière.

L’île, qui s’étendait sur une superficie de 5 km de long et 500 m de large, ne mesure aujourd’hui que 1.900 m de long sur 400 m de large sous la poussée des fortes marées.

‘’Au moins 300 personnes seront recasées’’, a dit El hadj Boubacar Dia, lors de l’édition 2011 des séminaires annuels de l’Agence de presse sénégalaise (APS) et la Fondation Konrad Adenauer dont le thème est ‘’Problématiques et potentialités de l’environnement dans la région de Saint-Louis’’.

Selon l’ingénieur-géographe et cartographe environnementaliste, ‘’les travaux de recasement, de lotissement, de remblayage sont effectués sur le site de Mbambara sur une superficie de 31 hectares’’.

L’ouverture de la brèche de Saint-Louis en 2003 pour évacuer les eaux du fleuve dans la mer ‘’contribue beaucoup dans l’avancée de la mer, dans la menace de disparition qui pèse sur le village de Doun Baba Diéye’’, a-t-il expliqué.

Avant l’ouverture de la brèche (2 Kilomètres), le village n’avait pas ces problèmes. ‘’Mais avec la brèche, beaucoup de maisons de Doun Baba Dièye se sont effondrées du fait de l’avancée de la mer’’, a remarqué le chef de la Division régionale de l’environnement et des établissements classés.

‘’Des pieds de filaos sont envahis par les eaux, l’îlot des oiseaux est également menacé et si rien n’est fait, selon lui, il risque de disparaitre’’, avertit El hadj Boubacar Dia.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.