Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Présentation du Pré-rapport de la Cnaes: Les travaux démarrent aujourd'hui

Samedi 6 Avril 2013

Présentation du Pré-rapport de la Cnaes: Les travaux démarrent aujourd'hui
Le comité de pilotage de la Concertation nationale sur l'avenir de l'enseignement supérieur démarre ses travaux de présentation de son pré-rapport ce samedi. Les travaux qui se poursuivront jusqu'au 9 avril, seront sanctionnés par un rapport final.


En bouclant son pré-rapport, le comité de pilotage des concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur passe à l’étape de sa présentation dès ce samedi. Une cérémonie qui sera présidée par le président Macky Sall. Une occasion pour le comité de faire état d’un certain nombre de propositions issues des différentes concertations régionales (Saint-Louis, Bambey, Ziguinchor, Dakar, Thiès) pour sortir le secteur de la crise qu’il traverse. Les travaux qui se poursuivront jusqu’au mardi 9 avril, seront sanctionnés par un rapport final que va présenter le professeur Souleymane Bachir Diagne, président dudit comité.

« Nous ne doutons pas que le débat sur les propositions, qui est déjà lancé et qui se poursuivra jusqu’au 9 Avril 2013, s’inscrira dans cette lancée afin de faire émerger les meilleures solutions pour un système d’enseignement supérieur et de recherche sénégalais performant », souligne le Président de la Cnaes, Souleymane Bachir Diagne.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, reste convaincu que «le développement de ce sous-secteur passe inéluctablement par l’instauration d’un dialogue direct, franc et sincère avec toutes les composantes de la société sénégalaise, et notamment les différents segments de la communauté universitaire».

Au terme des concertations, le comité de pilotage de la Cnaes avait dégagé un certain nombre de résultats attendus. On pouvait noter entre autres : un rapport général de la Cnaes, des directives présidentielles pour la mise en œuvre des recommandations, Mise en place d’un Comité de Suivi de la Concertation, une politique d’enseignement supérieur et de recherche pertinente économiquement, acceptable socialement et soutenable financièrement et enfin l’adoption d´une Charte de stabilité sociale signée par les pouvoirs publics et les acteurs de l´enseignement supérieur.

Sur ce dernier point, tout semble mal parti, si l’on sait que le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (Saes) ne danse pas du même pied que le comité de pilotage. Certaines sections du Saes sont montées au créneau pour invalider le pré-rapport du comité de pilotage des Cnaes. Une décision motivée par l’attitude du comité de pilotage qui réfléchit sur l’avenir de l’enseignement supérieur sans y associer le syndicat le plus représentatif de l’enseignement supérieur (Saes).

En attendant d’y voir plus clair, les travaux devront aboutir à concevoir une politique d’enseignement supérieur dans toutes ses dimensions pour que l’enseignement supérieur puisse jouer pleinement son rôle dans le développement socio-économique du Sénégal.



Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par kathior ka le 07/04/2013 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Dommage, avec des termes de référence qui ignorent les autres ordres d'enseignement, le problème réel de la mal gouvernance des universités, l'audit administratif et financier initial des universités, etc. Il devient évident que les seuls objectifs visés par cette CNAES du Ministre Enseignement Supérieur de de la Recherche sont :

- la suppression de la bourse aux étudiants ;

- le relèvement des taux d’inscription ;

- la privatisation, à des fins inavoués, de l’enseignement supérieur public ;

- le retard dans l'applications des solutions déjà identifiées aux problèmes urgents ;

- le refus de respecter les accords signés avec les partenaires sociaux.

Ce sont des décisions politiques que nos "politiciens" ne veulent pas assumer seuls, alors on crée une CNAES. Vous savez, ils ne sont pas démocrates dans la gestion de la chose publique, mais pour des décisions qu’ils pensent impopulaires, ils cherchent des hommes de mains.

Il faut ensuite donner à ces "amis" des postes (casser UCAD en 5 donc 5 recteurs, 5 présidents de Conseil d'Administration, etc. envoyer les bacheliers chez nos amis du privé ...). Chacun à son compte sur le dos du Sénégal.

En France, on regroupe toutes les universités d'une ville, c'est la tendance mondiale ; les petites universités n'ont aucune chance d’apparaître dans les classements mondiaux ! Au Sénégal, l'union ne fait pas la force.

Mais qui vit verra …, le peuple sénégalais est mature.
Je ne mets pas en doute la qualité, la sincérité et la qualité du travail du comité de pilotage. Mais les dés étaient pipés dès le départ.

A quand, une vraie concertation nationale sur l'avenir de l'école sénégalaise (CNAES) ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.