Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis - Discours de fin d'Année 2013 : la réaction d'Abdel Kader Ndiaye, président de Mouvement Andando Defar Ndar (ADN).

Mercredi 1 Janvier 2014

Le Président du mouvement Andando Defar Ndar (ADN) résume l'intervention du Président de la République sur trois axes. D'abord, il salue l'idée de la relance économie basée sur une croissance accélérée, à partir d'un taux minimum de 7 %, l'ambition du développement national partagé, et l'appel à l'équité et justice sociale.


Kader Ndiaye applaudit l'économie budgétaire et les efforts de rationalisation à travers les regroupements des agences satellitaires œuvrant dans la promotion de l'emploi. Pour lui, le discours est clair et manifeste une volonté politique bien exprimée. Il prône « plus d'économie et moins politiques » et pense que « les chantiers sont gigantesques. Il faudra que l'on resserre les liens et fédérer les forces vives de la Nation ».

Il a également salué l'option d'une relance de l'agriculture basée sur un Partenariat entre le Publique et le Privé (PPP) mais déplore néanmoins le fait que le Président Macky Sall n'ait pas évoqué l'urgente et épineuse question de la reforme des institutions dont les conséquences se sont sentir sur la gouvernance publique, la transparence et l'équilibre dans le jeu politique. « Cette question est d'une importance capitale et exige que des efforts immédiats soient fournis à travers une volonté politique réelle », a indiqué l'opérateur économique dans un entretien avec Ndarinfo.com.

Par ailleurs, il a souligné que d'autres réductions de tailles ont été laissées de côté par le Président. D'abord, celle du coût de la vie, qui, selon lui, « doit passer pas la réduction des denrées de bases pour alléger le panier de la ménagère. La baisse du coût du gaz et des hydrocarbures. C'est un problème pour las ménages et les entreprises », note M. Ndiaye.

Il explique que « le Coût du loyer dans le marché immobilier ne va pas agir sur les vœux du Président. Pour relever le défi de la baisse, il faudra réduire la spéculation foncière et favoriser la promotion des matériaux locaux ».

Concernant les financements des infrastructures routières, le renouvellement du parc immobilier de Dakar Demm Dikk et l'application des recommandations issues des concertations nationales sur l'enseignement supérieur, il émet des doutes sur les capacités budgétaires du Sénégal à prendre en charge le bon financement de ces projets.
« Les programmes sont ambitieux, mais les mobilisations de financements sont énormes. « Les capacités budgétaires ne peuvent pas assurer le financement de tels programmes », a-t-il ajouté.

Pour les actions de lutte contre les inondations, menées par le Gouvernement, M. Ndiaye rame à contre courant du Président et révèle que les résultats enregistrés ne sont pas probants. Il appelle le Macky Sall à proposer des solutions structurantes et viables, et concevoir « un programme national avec une démarche inclusive et participative ».

Ndarinfo.com