Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis: Dix ans de jumelage entre la maison de quartier de Lille et celle de Diamaguène

Lundi 6 Février 2012

Une centaine de poulets, une tombola, de la capoeira, un atelier de maquillage et des stands de créateurs... Hier on célébrait le Sénégal à la maison de quartier Vauban-Esquermes. Particulièrement à l'honneur : trois projets de jumelage.


Saint-Louis: Dix ans de jumelage entre la maison de quartier de Lille et celle de Diamaguène
Ils étaient près de 200 hier pour passer un dimanche au Sénégal à la maison de quartier. Ambiance familiale, les enfants aux visages maquillés jouent pendant que les parents dégustent le Yassa poulet.

Presque dix ans que le jumelage entre la maison de quartier lilloise et celle du quartier de Diamaguène, à Saint-Louis du Sénégal, existe. Cette année, l'association Ch'ti Teranga récolte des fonds pour ces trois projets de 2012.


Stéphanie Dauchet, institutrice et membre de l'association, organise un échange scolaire entre sa classe de maternelle de l'école Florian et les enfants de la Maison de Diamaguène. Ses élèves ont imaginé leur aire de jeu rêvée et en ont construit la maquette. En partenariat avec l'association Vijamix, la classe réalisera quatre films d'animation tournés dans cette maquette. Ils seront ensuite envoyés aux enfants du Sénégal.

À leur tour, les enfants de Saint-Louis vont réaliser leur propre maquette de l'aire de jeu parfaite. « On ne veut pas arriver au Sénégal avec nos jeux d'Européens », explique Nicolas Vanpoucke, membre de l'association. Ingénieur paysagiste, il est chargé de construire un square de jeu à Diamaguène, à partir de la maquette imaginée par les enfants.
Mahaut Boutignon, créatrice de vêtements, organise un défilé de mode avec les adolescentes de son atelier couture et les jeunes filles du quartier de Diameguène deSaint-Louis.

Les trois responsables de projets doivent partir pour le Sénégal en février, si toutefois la situation dans le pays se stabilise.


MARION DEGEORGES