Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO.COM
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis: Thierno Bocoum appelle l'Etat à suspendre les licences de pêches des bateaux étrangers

Dimanche 18 Mars 2018

Le Président du Mouvement AGIR était au chevet des pêcheurs de Saint-louis ce dimanche 18 mars pour s’enquérir de leur situation. A l’occasion, Thierno Bocoum a appelé le gouvernement du Sénégal à renforcer la pêche artisanale et à suspendre provisoirement les licences de pêches pour le compte des bateaux étrangers.


es pêcheurs sénégalais sont aujourd'hui dans le désarroi total, a déclaré Thierno Bocoum. En visite dans la région de Saint-Louis dans le cadre de sa tournée nationale, le président du Mouvement Agir alerte sur la situation de cette couche de la population. 

«Nos visites à Bargny, Guet Ndar et autres localités de la côte sénégalaise, nous ont permis de mesurer l'urgence de se pencher sur le secteur de la pêche et de secourir ces milliers de pères de familles et de parents qui ne parviennent plus à satisfaire des besoins primaires d'ordre familiaux et sociaux, faute de ressources. Ce secteur qui génère plus de 600 000 emplois directs ou indirects doit être une préoccupation majeure pour le gouvernement sénégalais », a déclaré le Thierno Bocoum. 
  
Face à cette situation sociale qu'il juge difficile, l’ancien numéro 2 du parti Rewmi lance un appel à l’endroit du gouvernement afin de renforcer la pêche artisanale. Mais aussi, de suspendre provisoirement la signature de licences de pêches pour le compte des bateaux étrangers. 

«Nous incitons le gouvernement à mettre sur pied une politique de repos biologique conséquente et une bonne gestion des aires marines protégées existantes pour une régénération harmonieuse de nos ressources halieutiques», a-t-il avancé. 

Il poursuit : «nous exigeons le renforcement de la surveillance de nos eaux pour barrer la route aux bateaux pirates qui profitent de leurs licences accordées par d'autres pays pour visiter notre espace maritime, sans être inquiétés». 

Ne s’arrêtant pas là, Thierno Bocoum d’ajouter : «le gouvernement sénégalais doit également s'atteler à se rapprocher de nos voisins pour une gestion régionale des ressources halieutiques qui prendra en compte la nature migratrice de certaines espèces.

PRESSAFRIK