Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Saint-Louis : un spécialiste préconise une bonne hygiène pour contrer la progression du diabète

Lundi 15 Novembre 2021

Saint-Louis : un spécialiste préconise une bonne hygiène pour contrer la progression du diabète
Pr Abdoulaye Lèye, endocrinologue-diabétologue à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, a recommandé dimanche l’adoption d’une bonne hygiène de vie, afin de pousser à la baisse le taux de prévalence du diabète au Sénégal et en particulier à Saint-Louis, ville fortement touchée par cette pathologie.
 
‘’Il faut agir sur le mode de vie, manger moins sale et moins gras, éviter l’oisiveté, etc.’’, a préconisé Pr Lèye, après avoir été interpellé sur les voies et moyens d’en réduire la prévalence.
 
Il s’exprimait à l’occasion de la Journée mondiale du diabète, célébrée par l’Association sénégalaise de soutien aux diabétiques (ASSAD) à Saint-Louis. Cette ville est fortement touchée par cette pathologie, avec un taux de prévalence de 10,2 %, contre un taux d’environ 3 % au niveau national.
 
Pr Lèye a invité les Sénégalais à accorder une attention aux enfants qui, de plus en plus, contractent cette maladie avec des manifestations très sévères pouvant mener rapidement vers le coma.
 
Il estime même que c’est une attention particulière qu’il faut pour cette frange de la population, en décelant très tôt la maladie qui peut être prise en charge correctement en cas de dépistage précoce.
 
Il déclare que les malades du Covid-19 atteints de diabète sont cinq fois plus exposés que ceux qui ne sont pas porteurs de cette comorbidité, justifiant d’autant l’intérêt pour les premiers de recourir à la vaccination pour se prémunir du nouveau coronavirus.
 
Dans une résolution lue par Doudou Diop, président de l’Association des diabétiques de Saint-Louis, l’ASSAD s’est appesanti sur le taux de prévalence très élevé du diabète à Saint-Louis.
 
Cette association dirigée par le journaliste, Baye Oumar Guèye, évoque des facteurs aggravants dans le mode de vie local, marqué notamment par la sédentarité.
 
Entre autres, l’ASSAD a aussi insisté sur le caractère onéreux de cette maladie et l’absence d’une unité de diabétologie dans la ville tricentenaire, etc.

APS