Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Sénégal : La Banque mondiale approuve 111,4 millions d’euros destinés aux déchets ménagers.

Mardi 10 Mars 2020

Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé le 5 mars 2020 un crédit de l’Association internationale de développement (IDA), une institution de la Banque qui aide les pays les plus pauvres, d’un montant de 111,4 millions d’Euros (73,073 milliards de FCFA) destiné à accompagner les efforts entrepris par le gouvernement sénégalais pour renforcer et améliorer les systèmes et les services de gestion des déchets ménagers à Dakar et dans d’autres municipalités.


Sénégal : La Banque mondiale approuve 111,4 millions d’euros destinés aux déchets ménagers.
Au niveau de la Banque mondiale, on avance que le crédit a été libellé en euros pour éviter les variations de change.  Les responsables de la Banque précisent que le coût global du projet devrait s’élever à environ 295 millions de dollars (soit 174 milliards de FCFA). Il sera cofinancé par l’Agence française de développement (AFD) et l’Agence espagnole pour la coopération internationale pour le développement (AECID), avec des financements complémentaires notamment du gouvernement sénégalais et du secteur privé.

« Le Sénégal a connu une urbanisation rapide qui met à rude épreuve la capacité des municipalités à assurer efficacement la prestation de services essentiels », a soutenu Nathan Belete, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Sénégal. Il ajoute que le lancement du Programme national de gestion des déchets témoigne de la volonté réelle des autorités de trouver une solution durable à cette situation.

Le Projet pour la promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides au Sénégal (PROMOGED) est aligné sur un nouveau cadre de partenariat-pays entre la Banque mondiale et le Sénégal pour les années budgétaires 2020 à 2024. Il permettra d’accroître l’accès aux services de collecte et de traitement des déchets dans les zones qui en sont dépourvues.

« Quelque six millions d’habitants dans sept régions du Sénégal accéderont ainsi à des services améliorés de gestion des déchets, 5 000 personnes bénéficieront de formations et l’ensemble des municipalités pourront profiter d’une réglementation plus rigoureuse et de procédures plus efficaces pour mobiliser des ressources et nouer des partenariats avec des entreprises privées », a laissé entendre Farouk Mollah Banna, chef de l’équipe du projet à la Banque mondiale.

Les responsables de la Banque avancent par ailleurs que le projet viendra soutenir l’initiative mondiale de lutte contre la pollution marine en améliorant le ramassage, le transport, le recyclage et l’élimination des déchets dans plusieurs villes côtières (Dakar, Saint-Louis et Mbour, notamment) ainsi que dans des centres urbains situés le long des principaux fleuves du pays, dont Ziguinchor.

Le groupe de la Banque mondiale est très actif au Sénégal à travers notamment trois de ses structures : l’IDA, l’IFC (spécialisée dans le financement du secteur privé) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA).

Le portefeuille de l’IDA comprend actuellement 18 projets, pour un financement total de 1,8 milliard de dollars, et neuf projets régionaux correspondant à une enveloppe de 346,5 millions de dollars. Celui  d’IFC s’élève à environ 140 millions de dollars, avec des investissements importants dans le secteur de l’énergie, de la finance et des entreprises agro-industrielles locales.

Les engagements de la MIGA s’élèvent à 306,2 millions de dollars, soit son sixième plus gros encours en Afrique.

Financial Afrik


 


Réagissez ! Vos commentaires nous intéressent. Cliquez ici !

1.Posté par ndiayeseye le 10/03/2020 11:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
c'est une bonne opportunité pour la commune de saint louis afin de mieux outiller les GIE CETOM en renouvellement total du matériel avec de nouveau type de tricycle en benne et la dotation de poubelles individuelle aux ménages pour le tris sélectif de même que la requalification du CET au norme international .

2.Posté par Vieux SO le 11/03/2020 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est bien de décrocher des financements pour la gestion des déchets ménagers mais je pense qu'il est temps de sortir de l'approche projet pour s'orienter vers une gestion durable et rationnelle des déchets. En fait, il faut d'abord reconnaître le désordre qui existe dans ce secteur, les textes nous disent que la gestion des déchets est une compétence transférée aux collectivités territoriales. Ces derniers ont la charge de la gestion des déchets (ordures ménagères) sur toute l’étendue de leur territoire pour la collecte, le transport et le traite-ment (article 34 du décret 96-1132).
Non seulement ce transfert de compétence s'est fait sans apport financier correspondant mais l'Etat capte directement les financements destinés à la gestion des déchets et essaye de faire cavalier "seul" avec des programmes qui font « rêver » au début avant de finir en "cauchemars" face aux réalités du terrain et des contextes socio-culturels qui diffèrent d’un terroir à un autre.
A côté, certaines collectivités territoriales avec l'appui de leurs partenaires financiers et techniques essayent de mettre en place un système de gestion adapté à leur contexte et qui fonctionne "parfaitement" avec des Centres de Tri, de Valorisation et d'Enfouisse-ment Technique (CVET).
Il est donc nécessaire de réfléchir à une synergie d'actions des différents acteurs du secteur et que les programmes de l'Etat intègrent les initiatives des collectivités locales d'au-tant plus que cette compétence leur est transférée.
A cela, s'ajoute le problème de recouvrement des taxes d’Enlèvement des Ordures Ménagers (TEOM) qui devrait pourtant permettre aux collectivités territoriales d'assurer une gestion durable des déchets sans attendre des "gros financements" qui ne règlent pas le problème.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.