Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Des travailleurs sénégalais appréhendés par la Police mauritanienne

Lundi 18 Avril 2011

Des travailleurs sénégalais appréhendés par la Police mauritanienne
La police de Nouakchott a arrêté samedi 16 avril un certain nombre de travailleurs originaires du Sénégal et d’autres pays d’Afrique, selon une source locale, qui rapporte à Sahara Médias que la police entreprend actuellement une campagne de vérification des documents de séjour des sénégalais entrés sur le territoire, notamment pour traquer ceux qui ne respecteraient pas les conditions d’entrée et de séjour en Mauritanie.


Les étrangers arrêtés ont été appréhendés sur le lieu où ils se retrouvent pour chercher du travail, avenue Kennedy, à proximité du marché de la capitale, et ils ont été conduits au commissariat de Tevragh Zeina, et la plupart d’entre eux exercent dans la menuiserie, l’électricité, et la maçonnerie.

Selon des sénégalais de Nouakchott contactés par Sahara Médias, beaucoup d’ouvriers sénégalais ont préféré rester chez eux de crainte d’être arrêtés, alors que d’autres ont manifesté leur dépit de voir leurs camarades arrêtés, et ont exprimé leurs mécontentements à l’égard des policiers.

Il n’existe pas de procédure de visa d’entrée entre la Mauritanie et le Sénégal, mais les relations entre les deux voisins se sont sensiblement refroidies, à la suite de la crise du transport, née après que les autorités sénégalaises aient décidé de soumettre les sociétés mauritaniennes de transport à des formalités nouvelles aux frontières, sur lesquelles il n’y avait pas accord entre les deux états, ce qui a déclenché une réaction identique de la part des autorités mauritaniennes.

L’an dernier, les autorités mauritaniennes avaient indiqué à l’ambassadeur du Sénégal à Nouakchott Mamadou Lamine Kane que les travailleurs sénégalais devaient quitter les avenues du centre ville pour stationner dans des rues adjacentes, ce qui avait provoqué une grogne chez les travailleurs concernés.



Cridem.Org