Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Détournement de deniers et subventions illicites ont financé l’accueil de Macky à l’Ucad

Mercredi 25 Mai 2016


De tous les dossiers qui ont fait l’objet d’une enquête par l’Ofnac, celui du Centre des œuvres universitaires est incontestablement le plus explosif. En effet, les enquêtes de la structure ont décelé des détournements effarants des deniers publics où des ressources furent utilisées pour préparer une visite au Campus le 31 juillet 2015, qui n’est autre que la venue du Chef de l’État à L’Ucad.

89 Millions pour des costumes, body, tee-shirts…

En effet, dans les dépenses à l’occasion de cette visite au Campus du le 31 juillet 2015, les vérificateurs ont révélé le versement de plusieurs subventions au Régisseur : 8 millions destinés aux étudiants de l’Ucad, 15 millions pour l’habillement d’accueil pour les étudiants, 32 millions pour l’habillement des femmes et des hôtesses du Coud, 34 millions la confection de tee-shirt, body et casquettes pour les étudiants et personnel du Coud. Ce qui fait « un montant global de quatre-vingt-neuf millions (89 000 000) de francs CFA engagé à titre de subvention pour la cérémonie de visite » renseigne le rapport 2014-2015 de l’Ofnac. Le tout, aux frais du contribuable.

Aucune trace de l’effectivité des dépenses

L’Ofnac précise que « le recours à des subventions accordées au Régisseur pour le règlement de dépenses relatives à la cérémonie constitue une irrégularité flagrante ». Pis, renseigne le rapport 2014-2015 de l’Ofnac, « il n’y a aucune trace de l’effectivité des dépenses : pas de procès-verbaux de réception, pas de matières reçues dans le service. De plus, les habits déclarés avoir été achetés à savoir cent (100) costumes, cent (100) cravates, cent (100) paires de souliers, les habits d’hôtesse pour les femmes, etc., restaient introuvables lors de la visualisation du film de la cérémonie ». Si le Régisseur s’est contenté de déclarer que les costumes ou autres habillements étaient à la discrétion du Directeur qui, seul, pouvait en répondre, le Directeur général de son côté lui a renvoyé la patate chaude à son tour renseigne le rapport.

« Les responsables identifiés : le Directeur, le Régisseur et l’Agent comptable »

L’Ofnac, lui, est formel : « Pour les dépenses exécutées dans le cadre de la cérémonie de visite le 31 juillet 2015 au Campus, compte tenu de l’opacité ayant entouré ces dépenses réalisées par le moyen de subventions, de l’absence de preuve de l’effectivité des dépenses concernées, de l’incapacité du Coud à produire les pièces justificatives requises et de la postériorité des opérations de dépenses liées à la visite (décision d’octroi des subventions en date du 13 août pour un évènement prévu le 31 juillet), les vérificateurs considèrent qu’il y a détournement de deniers publics. Les responsables identifiés sont le Directeur, ordonnateur ayant initié la dépense, le Régisseur qui a encaissé l’argent auprès de l’Agent comptable et l’Agent comptable qui a accepté de payer les montants des subventions au Régisseur, alors que les décisions présentées par le Directeur sont intervenues après l’évènement ».


Plus de 35 millions de subventions fictives

Aussi, l’Ofnac a décelé plus de 35 millions de CFA de subventions sans bénéficiaires identifiés. « Elles ont été accordées par le Directeur entre le 1er et le 15 octobre 2014. L’Agent comptable n’a pu présenter les pièces justificatives à l’appui des paiements sans bénéficiaires, au nombre de quatre (4) », déclare l’Ofnac qui souligne que l’octroi de subventions sans identification formelle des bénéficiaires est injustifiable dans une gestion budgétaire transparente. Et lorsque les bénéficiaires des subventions sont mentionnés, il n’est indiqué ni l’objet pour lequel les montants sont alloués ni les justificatifs de leur utilisation, s’indignent les enquêteurs. Conclusion, pour Nafi Ngom Keita et ses hommes, « le Directeur du COUD a accordé ces subventions en violation de la procédure prévue qui exige l’autorisation du Conseil d’Administration comme préalable ».

.com