Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

La Cour Suprême confirme les tripatouillages du directeur UFR de sciences appliquées et de technologies de l’université Gaston Berger

Mercredi 7 Juillet 2021

La Cour Suprême confirme les tripatouillages du directeur UFR de sciences appliquées et de technologies de l’université Gaston Berger
C’est un cinglant désaveu que la Cour Suprême vient d’infliger au directeur de l’unité de formation et de recherche (Ufr) de Sciences appliquées et de technologies (Sat) de l’université Gaston Berger (Ugb)de Saint-Louis. En cause, les tripatouillages à travers l’arrêté portant création d’un grand jury des examens de la licence en Sat(session 2017/2018) et le procès-verbal de délibération du 15 janvier 2020 de cette instance portant annulation des résultats et proclamation de nouvelles admissions.

Par arrêt numéro 36 en date du 10 2021 , la chambre administrative de la Cour Suprême, saisie par Oumar Sylla et onze autres, a annulé la décision rejetant leur recours gracieux contre l’arrêté numéro 0025/Ugb/fr/Sat/Jmd/Ynn du 8 janvier 2020 du directeur de l’Unité de formation et de recherche (Ufr) de Sciences appliquées et de technologies en (Sat) de l’université Gaston Berger de Saint-Louis portant création d’un grand jury
des examens de la licence en Sat.

(session 2017/2018) et le procès-verbal de délibération du 15 janvier 2020 du grand jury portant annulation des résultats et nouvelles admissions.
Que s’est-il passé ?
Dans le cadre dès examens au titre de l’année académique 2017-2018, le directeur de l’Ufr de Sciences appliquées et de technologies de l’Ugb,par arrêté numéro 72 du 5 juillet 2019, avait instituté un jury d’examen de licence 3 mathématiques appliquées de ladite section.
A l’issue des délibérations du 9 Août 2019, un jury autonome avait déclaré définitivement admis 40 étudiants dont les requéran. Mais, par un autre arrêté du 8 janvier 2020, le directeur de l’Ufr a instituté un…grand jury qui, après délibération le 15 janvier 2020 à remis en cause tout le travail du jury autonome et annulant les résultats précédents pour afficher une nouvelle liste d’admission définitive.

Par lettre du 20 janvier 2020, Oumar Sylla et les autres plaignants non retenus à l’issue de cette nouvelle délibération, ont formé un recours gracieux l’arrêté du 8 janvier 2020 et le procès-verbal du 15 janvier 2020. A l’expiration du délai de quatre mois sans réponse, ils ont saisi la Cour qui vient de leur donner raison.

A noter que pour seule défense, l’Ugb avait soulevé devant la chambre administrative l’irrecevabilité du recours pour défaut de qualité à agir au motif que le collectif des étudiants en licence 3 mathématiques appliquées, partie requérante à travers Oumar et Cie, ne disposerait pas de personnalité juridique ni de qualité à agir.

Selon les informations de Libération, l’Ufr a discrètement sorti une note, lorsque l’arrêt de la Cour Suprême est tombé, pour « enterrer » le grand jury qui a agit dans l’illégalité totale. En attendant Oumar Sylla et les autres ont subi un lourd préjudice eux dont le cursus a été plombé durant tout ce temps.


LIBÉRATION QUOTIDIEN