Connectez-vous
NDARINFO.COM

Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Appel aux candidats à la présidentielle pour une pêche durable

Vendredi 20 Janvier 2012

Appel aux candidats à la présidentielle pour une pêche durable
L'organisation écologiste Greenpeace et des organisations de pêcheurs ont appelé jeudi les candidats à l'élection présidentielle au Sénégal à s'engager en faveur d'une pêche responsable et durable, à l'issue d'une campagne de collecte de signatures à travers le pays.

L'opération, baptisée Ma voix, mon futur, a permis de recueillir plus de 6.000 signatures - contre 3.000 initialement envisagées - auprès des communautés de pêcheurs dans les grandes zones de pêche artisanale du pays, a expliqué lors d'une conférence de presse Raoul Monsembula, un responsable de Greenpeace-Afrique basé à Dakar.

En quatre jours, ses animateurs ont été à Ziguinchor et Kafountine (sud), Joal, Mbour, Kayar (ouest), Saint-Louis (nord) et Soumbédioune, Hann et Thiaroye, dans l'agglomération de Dakar. Les signatures sont des empreintes de mains sur une grande banderole. La campagne a été bouclée jeudi soir à Dakar par une banderole humaine sur une plage de Dakar, avec 400 élèves formant un dessin de poisson géant.

L'objectif était de donner la parole aux pêcheurs artisanaux pour appeler les candidats à la présidentielle, dont le premier tour est prévu le 26 février, à s'exprimer clairement en termes de gestion des ressources. Parce que les pêcheurs artisanaux souffrent de la raréfaction des ressources, a affirmé M. Monsembula.

La majeure partie des candidats (déclarés) ignore totalement ce qui se passe dans le milieu de la pêche artisanale alors que 17% de la population active travaille dans ce secteur qui représente, tous métiers confondus, quelque 600.000 personnes, a dit Gaoussou Guèye, responsable d'une association de pêcheurs de Mbour.

Nous voulons qu'ils s'engagent pour une pêche responsable et durable, a ajouté M. Guèye, dénonçant des autorisations de pêche selon lui non légales accordées par le gouvernement à des navires étrangers qui surexploitent les ressources halieutiques et ne débarquent pas leurs prises au Sénégal.

Conséquence: les pêcheurs artisanaux s'appauvrissent, partent plus loin en mer voire jusque dans les eaux territoriales de pays voisins, donnant lieu à des risques d'accidents, d'arraisonnements de leurs pirogues et des conflits. Nous ne voulons plus ce genre de choses dans notre secteur, a déclaré M. Guèye.

Dans un communiqué, Greenpeace et les pêcheurs artisanaux invitent les acteurs politiques et futurs décideurs à entendre leurs inquiétudes par rapport à la diminution des ressources halieutiques et l'impact d'une importante capacité de pêche industrielle étrangère. Ils réclament également la création d'un réseau de réserves marines dans la Zone économique exclusive (ZEE) pour permettre à la ressource de se régénérer.

La pêche est un des principaux secteurs pourvoyeurs de devises au Sénégal. Rien que la pêche artisanale, d'après Greenpeace, génère près d'un million d'emplois et fournit l'essentiel des protéines animales à de nombreux Sénégalais.

AFP


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Merci d'éviter les injures, les insultes et les attaques personnelles. Soyons courtois et respectueux et posons un dialogue positif, franc et fructueux. Les commentaires injurieux seront automatiquement bloqués. Merci d'éviter les trafics d'identité. Les messages des faiseurs de fraude sont immédiatement supprimés.
Ndarinfo milite en faveur d'un débat citoyen constructif pour l'avancement et le rayonnement de Saint-Louis du Sénégal.