Connectez-vous
NDARINFO.COM | Les News du Sénégal et de l'Afrique
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

HÔPITAL DE SAINT-LOUIS : « si rien n’est fait, on va tout paralyser », menace le Sutsas.

Jeudi 24 Mars 2016

HÔPITAL DE SAINT-LOUIS : « si rien n’est fait, on va tout paralyser », menace le Sutsas.
« Nous nous excusons, d’abord, auprès des populations pour ces séries de mouvements d’humeur qui sont indépendants de notre volonté. C'est parce qu'il n’y a pas toujours d’avancées. C’est du statu quo général.  Nous sommes confrontés à d’énormes difficultés. La première, est la nomination d’un directeur général qui, dés son arrivée, n’a trouvé mieux à faire que d’augmenter sa prime de 300. 000 FCFA à 600 000 FCFA. Secondo, il a augmenté les tarifs de consultation, en les doublant », fustige Abdoul NDONGO, le SG de la section saint-louisienne de Syndicat unique des travailleurs de la santé (Sustas).


En marge d’un sit-in, ce matin, il a révélé qu’il y a « des programmes de gratuité pour certains soins, initiés par l’État (césarienne, la prise en charge des enfants, le sésame) qui ne sont pas appliqués à l’hôpital de Saint-Louis. Les populations de la région souffrent. Elles ont abandonné l’institution sanitaire pour la garnison militaire Nord et autres districts, car les prix sont excessivement chers. Nous tenons à dénoncer ces injustices ».


S’agissant du plan d’action du SUTSAS, M.NDONGO, renseigne que l’assaut syndical va se poursuivre malgré « l’entêtement du directeur » à recevoir les dirigeant du mouvement. « Nous le poursuivons avec trois jours de sit-in et jusqu’à présent rien n’est encore réglé parce que dans le cadre de la gestion du personnel, le directeur ne fait qu’à sa tête. Il fait du favoritisme », dit-il- « Nous exigeons qu’une compétition démocratique soi organisée lorsqu’il y a un poste libre à pourvoir », a-t-il ajouté.


«  Nous allons poursuivre nos actions. Nous avons déposé un préavis de grève qui arrive à terme le 29 du mois de ce mois. Si rien n’est fait, on va tout paralyser », menace Abdoul NDONGO.


«  Le directeur ne peut pas dire qu’il n’a pas de moyens. La banque mondiale a donné à l’hôpital de Saint-Louis 844 millions de francs CFA. Il faut qu’il travaille et qu’il cesser de diviser le personnel, de faire du dilatoire et du favoritisme », soutient l’ophtalmologue.

NDARINFO.COM