Connectez-vous
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

LUTTE CONTRE L’ÉROSION CÔTIÈRE : 8.000 filaos plantés sur le littoral de Doune Baba DIEYE.

Samedi 6 Septembre 2014

Les populations de Doune Baba DIEYE, Keur Barka, Dièle Mbame et Mbabara se sont regroupées samedi sur le littoral de village de Doune Baba DIEYE pour participer à un programme de reboisement de filaos mis en œuvre par le Gie « BOKK DIOME ». Cette mobilisation met fin à un projet de lutte contre l’érosion côtière, financé par le Fonds pour l'Environnement mondial (PETIT FEM).


Ahmed Sène DIAGNE, président du Gie "Bokk Diome"
Ahmed Sène DIAGNE, président du Gie "Bokk Diome"
Ahmed Sène DIAGNE, le président de ce GIE a insisté sur l’apport de ce reboisement pour stopper le mouvement des sables et ainsi, donner plusieurs espaces cultivables aux habitants de ce mythique village.

M  SENE qui a rendu de vibrants hommages à ses différents ayant soutenu la bonne mise en œuvre du programme, en salué l’engagement des centaines de volontaires issues des quatre villages précités.

L’assistance du service des Eaux et Forets a permis de mettre à la disposition des populations, 8000 têtes de filaos plantées le long de la bande de terre qui sépare le fleuve et la mer.

Auparavant, des reboisements de palétuviers ont favorisé la régénération de la mangrove menacée par plusieurs phénomènes naturels, et l’ouverture du canal de délestage.

Aujourd’hui, ce paysage se garnit d’une belle verdure tout en servant zone de reproduction pour les poissons et les huitres. Elle a permis d’offrir aux femmes des localités voisines, d’importantes activités génératrices de revenus.

« Il y a une connexion entre l’écosystème de mangrove et l’aire marine protégée de Saint-Louis. C’est pour cela que nous nous sommes engagés à soutenir cette activité de défense et de restauration des sols », a expliqué le Capitaine Mignane SARR, conservateur de l’aire marine protégée de Saint-Louis.

« Ce reboisement contribue à la fixation du sable pour éviter les envasements qui peuvent gravement menacer la survie de la mangrove », a ajouté M. SARR qui souligne les importants bienfaits de cet écosystème sur l’environnement.

« C’est le lieu de reproduction de beaucoup d’espèces d’oiseaux et de poissons. Il est important que les communautés se mobilisent pour mener ces genres d’actions », a rappelé le Capitaine SARR.

Le Fonds pour l'environnement mondial (en anglais Global Environment Facility, GEF) est une organisation gérant un système de financement destiné à mener des actions pour la préservation de l'environnement. C'est une organisation financière indépendante qui accorde des subsides aux projets liés à la biodiversité, la lutte contre les effets du réchauffement climatique, la pollution des eaux, la régression et dégradation des sols, la réduction de la couche d'ozone et les polluants organiques persistants.

Le FEM travaille en partenariat avec les institutions internationales, des organisations non gouvernementales, et des partenaires du secteur privé qui luttent contre les problèmes d'environnementaux à l'échelle mondiale. Il soutient également les initiatives de développement durable. Aujourd'hui, le FEM est le plus important bailleur de fonds mondial pour les projets visant à améliorer l'environnement.

Suivons les interventions des différentes parties prenantes: