Connectez-vous S'inscrire
NDARINFO
NDARINFO.COM


Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Urgent : la Banque mondiale accorde plus de 16 milliards CFA aux victimes de l’érosion côtière à Saint-Louis

Vendredi 8 Juin 2018

Le groupe de la Banque mondiale (BM) a approuvé jeudi à Washington ’’un appui direct’’ de 30 millions de dollars, équivalant à plus de 16 milliards de francs CFA, au bénéfice de 927 ménages victimes de l’érosion côtière à Saint-Louis, a appris l’APS, vendredi, à Dakar.


La BM a approuvé jeudi "un appui direct de 30 millions de dollars pour 927 ménages, presque 10,000 personnes dans la ville de Saint-Louis qui ont déjà été déplacées par l’érosion côtière", annonce l’institution financière internationale dans un communiqué.
 
Cela fait suite à un appel à l’aide internationale lancé par le maire de Saint-Louis, Mansour Faye, lors du "Sommet sur la Planète" de décembre 2017, à Paris, en France, selon le communiqué.
 
"La récupération de cas d’urgence de Saint-Louis et le Projet de résistance montrent l’engagement du Sénégal à traiter les effets de changement climatique. C’est le premier projet faisant déménager des populations affectées par la montée de l’eau de mer", relève Louise Cord, le directeur pays de la Banque mondiale pour le Sénégal dans des propos rapportés dans un communiqué.
 
Au cours de sa première phase, ce projet destiné à réduire la vulnérabilité aux risques côtiers des populations établies le long de la Langue de Barbarie et de renforcer la planification de la résilience urbaine et côtière de la ville de Saint-Louis bénéficiera directement aux 500 ménages (5 000 personnes) déjà déplacés du fait de l’érosion côtière, selon le communiqué.
 
La deuxième phase du projet bénéficiera directement aux 427 ménages restants (4 158 personnes), relève le texte qui ajoute que "la moitié des bénéficiaires du projet sont des femmes".
 
De même source, il est précisé que "(…) les études et la conception techniques en vue d’une solution de protection à long terme du littoral de la Langue de Barbarie, prévues par la composante 3, bénéficieront à environ 55 000 personnes établies dans cette zone côtière". 
 
"Parallèlement, le Plan de résilience urbaine jettera les bases d’investissements futurs pour réduire la vulnérabilité des 213 000 habitants de la ville de Saint-Louis aux plus grands risques de cette zone côtière", indique la Banque mondiale.
 
"Ces dernières années, nous avons vu des montées plus fréquentes et intenses de tempête. Le long de la côte, nous pouvons voir les impacts dévastateurs de l’érosion avec des maisons détruites’’, fait de son côté valoir le maire de Saint-Louis, Mansour Faye, par ailleurs ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement. 
 
Et d’ajouter, cité par le communiqué : "Il est nécessaire de dérouler des actions urgentes pour préserver la Langue de Barbarie pour qu’elle puisse continuer à assurer sa fonction protectrice pour la ville entière".

APS