Connectez-vous

MIEUX QUE LA DEMOCRATIE

Lundi 20 Juin 2011 - 18:01

Tout le monde est d'avis que la DEMOCRATIE est, a ce jour, le meilleur systeme politique.
La démocratie en effet, bien qu'imparfaite, a l'avantage énorme de donner une voix a tous les citoyens.
Voix dans tous les sens du terme: une voix électorale pour designer ses représentants dans la gestion de la cite, mais aussi une voix pour le citoyen lui même, d'exprimer ses choix, ses idées ...
Ce fut une avancée énorme pour l'humanité depuis que ce système a séduit et conquis le monde. A ce jour, 73,6% de l'humanité vit dans un pays a régime plus ou moins démocratique.
Force est cependant, d'admettre qu'en dehors de ces deux principaux avantages de libre choix de ses représentants et de libre expression; la démocratie n'offre guère plus.
La démocratie n'empêche pas la PAUVRETE, la CORRUPTION et l'essentiel des MAUX qui gangrènent nos sociétés dites modernes.
En plus, une fois élus, les représentants font ce qu'ils veulent sans contrôle jusqu'aux prochaines élections.
Face à cela, la recherche politique se tourne vers la mise sur pied d'un systeme nouveau, plus sophistique que la démocratie: un systeme dont le mécanisme central sera d'imbriquer les citoyens, individuellement, dans la gestion de l'état au point que tous prennent une nette conscience de tout ce qu'ils peuvent PERDRE en cas de mal fonctionnement ou de mauvaise gestion.
Ce concept ne repose pas sur des bases abstraites, mais sur une quantification précise de ce que le citoyen va subir comme pertes financières et recul sociologique a chaque fois que le pays perd des points économiques.
En un mot, le citoyen sait tout ce qu'il perd à chaque faux-pas dans la gestion du pays ou de sa localité.
Pratiquement, il devient un véritable surveillant général de la gestion QUOTIDIENNE du pays, car il sait tout ce que cela lui coute.
Il devient, par ce fait, surinforme, surperconscient, et supersensible a tous les actes de ses dirigeants.
Plus important, le citoyen, tous les citoyens, deviennent de potentiels WHISTLE-BLOWERS comme les appellent les américains.
En somme, les citoyens-Whistler-bloomers, ne couvrent plus par leur silence coupable, les exactions des décideurs, des chefs, des ministres et du président.
Ils exposent les preuves des malversations des responsables publiquement ou anonymement, car ils savent tout ce qu'ils ont à perdre, si ces responsables ne sont pas vigilants ou intègres dans leurs actes de gestion de tous les jours.
Ces whistleblowers sont très vigoureusement protèges par la loi américaine, grâce au whistleblower PROTECTION ACT de 1989.
C'est cela la nouvelle démocratie.
Certes nous n'avons aucune idée de ce que cela veut dire réellement, tant elle nous parait hors de portée.
Et c'est vrai, car seuls deux pays dans le monde sont membres de ce club de ceux qui ont commence à faire l'expérience d'une telle avancée: ces deux pays sont le JAPON et les ETATS-UNIS.
Lorsque le citoyen, non seulement exprime ses idées sans aucune peur d'une quelconque forme de représailles, lorsqu'il choisit VERITABLEMENT ses élus sans l'ombre d'une seule tricherie, lorsqu'il a une pleine implication dans la gestion QUOTIDIENNE; on est véritablement dans un système qui ne peut que satisfaire les plus exigeants parmi les plus exigeants.
C'est un rêve impossible pour certains, c'est devenu une demi-réalité pour ces deux pays.
Le citoyen américain sait aujourd’hui que si une usine de montage ferme a Boston, le prix du logement va augmenter à Atlanta.
C'est L'ULTIME CONSCIENCE CITOYENNE.
Ces citoyens exercent une pression constante grâce à leurs très puissants lobbies, organisations non gouvernementales, groupes de presse, qui leur servent de leviers de contrôle, en plus d'incessantes manifestations publiques.
Voila pourquoi, souvent les américains organisent des marches devant la MAISON BLANCHE, pour des raisons qui nous paraissent à nous sénégalais, totalement farfelues en apparence. La raison est que les américains savent le formidable effet d'entrainement et d'amplification de tous les actes des responsables et leur impact à nul autre pareil, dans leurs vies.
Leur regard sur la gestion quotidienne de l'état fédéral est constant.
Aucun responsable n'ose faire ce qu'il veut, même dans sa vie privée, au risque de devoir renoncer volontairement ou pas a sa position.
C'est plus que cette simple démocratie que nous connaissons. Il faudra lui trouver un autre nom.
Pour l'heure, ce qui est sur, c'est que les pays qui sont sur cette lancée, sont les meilleurs en ce moment. Ils dirigent, et tous les autres suivent.
Au vu de cela, il nous faut admettre que ce que nous appelons pompeusement DEMOCRATIE SENEGALAISE, si elle est née; doit d'abord arrêter de téter, apprendre à se tenir debout, a marcher et a courir, avant de prétendre faire ses preuves sur les impitoyables pistes de compétition internationales.
Le chemin qui nous reste est tellement long, qu'on peut facilement perdre espoir.
Toutefois tous les analystes confirment, que les pays en retard qui le veulent, peuvent accélérer leur rythme; juste en prenant des raccourcis.
La perche qu'il leur faut saisir des aujourd’hui, disent-ils, est d'abord et surtout d'avoir des INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES SOLIDES.
Ce n'est certes pas la mer à boire, mais c'est impossible tant qu'une volonté politique réelle d'un dirigeant honnête, véritablement démocrate, n'aura pas mis en place les conditions d'existence de ces institutions fortes.
VOILA POURQUOI, UN SEUL HOMME PEUT FAIRE LA DIFFERENCE.
Voila pourquoi; le SENEGAL a besoin aujourd’hui d'un HOMME PROVIDENTIEL qui aura ce courage et cette volonté politique de mettre en place de fortes institutions sans lesquelles la `démocratie' n'est qu'un leurre.

S.C MACAULAY:< Les grandes œuvres ne sont jamais accomplies par la force, mais par la persévérance.>

ELISABETH CHENEY:< Faith came into my room; other guests: grief, anxiety and fear took flight. They sped out into the night.>.